al-As’ad Walîd, Sarkis Nada  -  Eristov Hélène, Vibert-Guigue Claude  | (Dir.)

Le tombeau des Trois Frères à Palmyre Mission archéologique franco-syrienne 2004-2009

  • Édition :

    Presses de l’Institut Français du Proche Orient (IFPO)

  • Collection : Bibliothèque archéologique et historique (BAH), tome 215
  • Numéro ISBN13/EAN : 9782351597538
  • Prix : 130 €
  • Nombre de pages : 332
  • Poids : 2500 gr.

Voir aussi sur le web :

La page dédiée à l’ouvrage sur le site de l’éditeur


Présentation

Découvert à la fin du XIXe s., le tombeau des Trois Frères à Palmyre présente un exceptionnel cycle iconographique de la fin du IIe s. ap. J.-C.. Entre 2004 et 2009, à la demande de la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie, des campagnes d’étude et de documentation ont été entreprises par la mission syro-française sous la direction de H. Eristov et Cl. Vibert-Guigue (AOrOc, UMR 8546, CNRS-ENS), en étroite collaboration avec le directeur du musée de Palmyre, W. al-As’ad, et de N. Sarkis, restauratrice à la DGAMS. L’état des lieux a été conduit de manière pluridisciplinaire : topographie, magnétométrie, épigraphie araméenne, constat d’état, analyses des pigments et du support, documentation photographique et relevé graphique des décors et in fine des propositions de restitutions colorées en infographie. Le programme initial s’est enrichi des contributions de spécialistes syriens, danois, polonais, russe afin de dresser un état des connaissances (voyageuse et explorateurs, contexte des nécropoles, typologie des hypogées, sculpture, etc.). La traduction de textes russes et allemands du tout début du XXe s. permet d’accéder aux premières analyses du tombeau et la collecte de clichés d’archives apporte un éclairage renouvelé. Le travail éditorial est l’œuvre des Presses de l’Ifpo-Beyrouth (B.A.H. 215, juin 2019), avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS. La monographie présente, sous un grand format (38 x 31 cm), le résultat de vingt et une études sur 333 pages dont 105 planches composées à partir de 978 illustrations, la plupart en couleurs. Elle constitue désormais un précieux témoignage sur ce monument dont l’iconographie figurée a été badigeonnée lors de l’occupation du tombeau transformé en bureau habité.