Chargement
Veuillez patienter...

Bases de données des musées d’ANURADHAPURA et de YATALA

Francois Ory


Dernière modification : 12 octobre 2017

 Inventaire des collections archéologiques


Deux bases de données et deux catalogues raisonnés de deux musées nationaux sri lankais sont en cours de réalisation. Les musées archéologiques d’Anuradhapura et de Yatala (Tissamaharama) sont gérés par le Département d’Archéologie (le service national des antiquités).

 Formation :


Un des objectifs majeurs de ce projet est la formation des chercheurs et étudiants français, américains et sri lankais. Les relations que le Sri Lanka avait entretenu avec l’Inde ne se limitent pas aux échanges commerciaux, mais aussi aux relations de caractère religieux. On n’a peut-être pas assez dit à quel point l’art bouddhique sri lankais a été influencé par les écoles d’Amaravati et Nagajunakonda d’Andhra de l’Inde du Sud. La plupart des statues de Bouddha qui sont conservées dans ces deux musées correspondent au style d’Amaravati, par les traits des visages ou par le traitement des plis du drapé. Cependant un certain nombre de reliefs qui ont été trouvés au cours des fouilles représentant les scènes de la vie du Bouddha proviendraient de Nagajanakuda. Dans la collection du musée d’Anuradhapura il y a un grand nombre de statues en pierre et en bronze appartenant aux écoles de Chola et Pandya. Ces statues ont été soit importées directement de l’Inde du Sud, soit exécutées sur place par les artistes locaux en utilisant les prototypes indiens. Les chercheurs et les étudiants français, américains et sri lankais profiteront des connaissances de ces spécialistes qui feront partie de ce projet.

 Objectif à long terme : restaurer le musée d’Anuradhapura


Une fois les objectifs principaux de ce projet atteints, nous envisageons d’étudier la possibilité de restaurer le musée d’Anuradhapura. Ce bâtiment vieux de 200 ans a été la préfecture de la province centrale sous l’occupation anglaise. Il est essentiel de le restaurer et d’améliorer la mise en valeur des objets. Le nombre des œuvres est si important qu’il faut envisager la construction d’un nouveau bâtiment qui abritera une partie de la collection. Une salle de conférences, un centre informatique et un laboratoire d’analyses et de restauration sont aussi à prévoir. Nous avons déjà entamé les premières négociations avec l’UNESCO à ce propos.

 CATALOGUES RAISONNES ET BASES DE DONNEES DES COLLECTIONS DES MUSEE D’ANURADHAPURA ET DE YATALA

 Les musées archéologiques d’Anuradhapura et de Yatala (Tissamaharama)


Ils sont gérés par le Département d’Archéologie (le service national des antiquités).

  • Le Musée d’Anuradhapura est le plus important du pays après celui de Colombo. La collection du Musée d’Anuradhapura est composée de 1008 statues en pierre, statuettes et objets en bronze, inscriptions et objets de terre cuite.
  • Le Musée de Yatala est plus important de la province sud de l’île. La collection du musée de Yatala, moins importante que celle d’Anuradhapura est constituée de 200 statues en pierre dont la qualité artistique est nettement supérieure à celle d’autres musées sri lankais.

Ces deux musées conservent des œuvres accumulées depuis plus de cent ans grâce aux fouilles effectuées dans chaque région respective, c’est-à-dire le District d’Anuradhapura et la province du Sud. Les toutes premières découvertes ont été faites depuis l’établissement d’une institution permanente, en 1880, l’Archaeological Survey of Ceylon dont H.C.P. Bell fut le premier commissaire archéologique. Tous ses successeurs jusqu’à aujourd’hui ont entrepris des campagnes de fouilles à Anuradhapura et à Tissamaharama, la ville la plus importante du Ruhuna (province du sud).
Au IVe siècle Anuradhapura devient la capitale de Sri Lanka et le restera avec quelques interruptions jusqu’au IXe siècle. Tissamaharama où se situe le Musée de Yatala fut la capitale du sud de l’île pendant plus de dix siècles. L’intérêt principal de ces découvertes est qu’elles ont un rapport direct avec le commerce local et international.

Ce projet a été lancé à l’invitation de M. Senarath Disanayaka, directeur général du Département d’Archéologie du Sri Lanka. En effet, un catalogue raisonné ou un simple inventaire font cruellement défaut. Ce nouveau projet que nous proposons consiste en un programme de trois ans. Nous envisageons plusieurs objectifs.

-

 Catalogue raisonné de chacune de ces deux collections.

Ces deux ouvrages seront publiés par le Département d’Archéologie de Sri Lanka.

  • En été 2008, une équipe française composée de deux ingénieurs de recherche au CNRS (UMR8546) et un maître de conférence, ainsi que trois étudiants de l’Université Paris IV-Sorbonne s’est rendu au Sri Lanka pour préparer la base de données. Trois chercheurs, et deux étudiants sri lankais ainsi que les personnels du Musée ont activement participé à la réalisation de ce projet.
  • Au cours de l’année 2008 et 2009, nous avons mis en place une base de données qui a été présentée à l’UNESCO. En outre, grâce aux fonds de l’UNESCO, nous avons pu déposer un ordinateur avec la base de données intégrée au Musée archéologique d’Anuradhpura.
  • Durant l’été 2009, une mission a été effectuée au Sri Lanka avec une équipe composée de deux ingénieurs de recherches du CNRS (UMR8546), une maître de conférences de l’Université de Californie à Berkeley et un doctorant de l’Université de Paris IV- Sorbonne. La collaboration sri lankaise a été assurée par cinq personnes du Département d’Archéologie.

 Base de données :


La diffusion d’informations par les moyens audiovisuels et sur le Web est un des objectifs de ce projet. Il est nécessaire de mettre au point une base de données de ces deux collections. Cette base sera constituée des photographies numériques prises par nos soins, avec une description comportant les dimensions, la provenance, l’historique, une bibliographie, etc. Ce travail est effectué par nos ingénieurs de recherches du CNRS attachés à notre UMR8546. Nous sommes en train de mettre en valeur la base. Une fois que nous aurons l’accord de l’UNESCO, les deux bases sont mises en ligne sur notre site web.
Voir Aussi :
Collaboration avec le Département d’Archéologie du Sri Lanka