Chargement
Veuillez patienter...

TET, « Territoires, Espaces, Temps »

TGE ADONIS


Dernière modification : 5 novembre 2016

Archéologues, géographes, géophysiciens utilisent les mêmes outils de présentation et de validation de leurs données, fondés sur le géo-référencement. Il s’agit de concilier l’approche ouverte, mutualisée et générique du métaportail et les exigences de précisions de la recherche dans nos domaines. Cette approche pluridisciplinaire exige une collaboration accrue et une validation scientifique par des spécialistes des trois disciplines, associant les trois départements de l’ENS-Paris, l’entreprise Géocarta et l’université de Barcelone.

 Le projet

Notre volonté est de créer l’outil nécessaire à un travail en réseau depuis son élaboration jusqu’à son enrichissement par plusieurs chercheurs sur des documents géoréférencés.

  • Dans un premier temps, il s’agit de permettre à un petit groupe de créer son propre environnement de travail, protégé par un mot de passe, connu des acteurs du projet scientifique et des web masters : il permettra l’élaboration des documents et leur évolution.
  • Seront mis à disposition des acteurs des documents cartographiques géoréférencés, les coordonnées des villes et des structures administratives à l’échelle de l’Europe, des fonds de cartes vectorisés que les utilisateurs de l’outil s’engageront à mettre à disposition des chercheurs, des possibilités d’import et d’export vers les principaux SIG existants.
  • Des couches et des boutons permettent de combiner des fonds, des lignes, des points, des surfaces, et de faire apparaître des documents associés (texte, photos, statistiques, liens avec des bases de données ...) en cliquant sur un objet spatial.
  • Les couches d’Information sont en Raster, en Vecteur, en Texte (hypertextes, documents video, etc…).
  • Les couches sont sélectionnables et leur ordre interchangeable. Pour chaque couche ou élément spatial de la couche existe un document descriptif bref.
  • On peut rechercher les couches ou éléments spatiaux par leur nom.
  • On peut consulter un catalogue des métadonnées qui ont été utilisées dans la base, qui donne leur origine, date, nature, attributs et qui renvoie à des bases de données plus spécialisées.

Le but n’est pas ici de reproduire un SIG mais plutôt de fournir un moyen de partage de ces données SIG dans un contexte ouvert à tous.
Ce visualiseur de données est développé avec le soutien du TGE ADONIS, de l’ANR et de la Région Pays de la Loire.

 Consortium 4 du TGE ADONIS

Consortium des projets et expertises centrés sur les données, la redocumentarisation, la géolocalisation.

  • Le consortium traite de la redocumentarisation et de la géolocalisation. Il répond à un des objectifs fondamentaux du TGE Adonis : des fonds très importants (en termes quantitatifs et qualitatifs) se trouvent répartis chez leurs auteurs et les institutions détentrices, parfois même alors qu’ils constituent un corpus de recherche unique. Plus généralement, de nombreuses recherches pourraient être menées sur ces fonds, à condition qu’ils soient visibles, associables dans de nouveaux points de vue. Souvent, même numérisés, les fonds ne sont pas documentés ni accompagnés de métadonnées permettant des recherches et des réutilisations. Il s’agit donc de permettre leur archivage pérenne et leur réutilisation multidisciplinaire.
  • Or, l’un des facteurs communs de plus en plus essentiels dans les SHS est la
    géolocalisation, qui avait dans le passé été insuffisamment prise en compte. Les outils modernes comme les démarches de recherche conduisent aujourd’hui
  • à géolocaliser les documents, voire les fragments de documents,
  • à permettre de relier des ensembles de données parce qu’elles correspondent à une même zone géographique.
    Pour cela, il faut utiliser des normes, exploiter les outils disponibles, les systèmes de géolocalisation (Google, IGN…), les coordonnées GPS, les SIG etc.

Au total, ce consortium traite de l’informatisation des données pour les rendre
accessibles.

  • Pour cela, la première mission est donc la redocumentarisation, le travail sur les métadonnées – pas pour les standardiser mais pour définir des règles pour les gens qui ont de grandes masses de données (comme la BIPT ou l’Institut des Amériques) et aboutir à des guides de bonnes pratiques. Certes, des bases solides existent avec le Dublin Core, mais il s’avère insuffisant dans sa définition de base et il faut donc l’étendre, le décliner pour les SHS (noter qu’il faut distinguer les métadonnées pour l’archivage pérenne, qui ont un rôle différent de celles destinées à être exploitées par le moteur de recherche).
    Ce travail devra à un moment être rapproché de celui du Consortium 1 (CRN et platesformes), notamment avec les développements de SoftExperience (Redoc Images).
  • La seconde mission est plus précisément la géolocalisation. Il faut regarder la possibilité d’accroître la gamme des outils, travailler sur sa granularité et étudier la question des loupes, la profondeur de calcul, la relation avec la plate-forme Fedora. Des échanges sont indispensables entre les membres du Consortium. Par ailleurs, le Conseil scientifique a souligné qu’il y avait une grande attente sur les guides de bonnes pratiques, sur l’aspect pédagogique. Il faut disséminer les travaux par l’entremise de rencontres, via l’université d’été, etc.

Organismes partenaires :

AOROC - UMR8546-CNRS/ENS ADONIS TGE - Trés Grands Equipement ANR-Celtecophys CNRS-Centre National de la Recherche Scientifique ENS - Département de Géographie ENS - UMR8538 - Géologie ENS-Ecole Normale Supérieure, Paris. GEOCARTA Région Pays de la Loire Yebni - Information & communication