Vibert-Guigue Claude
Décors antiques

, par Marc-Antoine Rey

Ingénieur de recherche, CNRS
Affecté à l’UMR 8546 - AOrOc, École normale supérieure 45 rue d’Ulm, 75230 PARIS Cedex 05.

Contacter Claude Vibert-Guigue
BIBLIOGRAPHIE AOrOc
Dépôts dans HAL-SHS

Ingénieur de recherche IR1 en archéologie, spécialisé dans le décor antique (peinture et stuc), d’Occident et d’Orient, de l’époque hellénistique à la période omeyyade. Fonctions principales à AOrOc de responsable d’opérations nationales et internationales, de publications, et d’organisation d’événements.


DOMAINES DE COMPÉTENCE
Sous ma direction ou responsabilité, en autonomie, ou partagés.
• Étude de cas et valorisation de travaux sur la peinture et le stuc en Gaule (rapports d’étude illustrés, interventions aux séminaires et colloques, publications, diffusion électronique, expositions, maquettes, etc.).
• Développement de l’outil informatique (restitutions de décors dans leur contexte, cartographie des découvertes, posters, plans d’aménagement, etc.).
• Coopération technique et scientifique au Proche-Orient dans le cadre de l’appel d’offres CNRS-InSHS-Jordanie.
• Encadrement et formation de stagiaires et étudiants (fouille, relevé, restitution, étude, rédaction, illustrations).
• Technique de relevé sur échafaudage de décors in situ (paroi haute et voûte).
• Reportages de terrain (vidéos et photos).

PARCOURS ET CURSUS UNIVERSITAIRE
- 1985 : maîtrise d’Histoire de l’Art et d’Archéologie à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne : “ Les tombeaux peints au Proche-Orient à l’époque hellénistique et romaine ”.
- 1992 : DEA d’Histoire de l’Art et d’Archéologie à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne : “ L’état des peintures de Qusayr ’Amra (Jordanie) : le problème des repeints ”.
- 1997 : soutenance de thèse de 3e cycle en Histoire de l’Art et Archéologie à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne : “ La peinture omeyyade au Proche-Orient : l’exemple de Qusayr ’Amra ”.
• Depuis 1976, je contribue à la documentation, à l’étude et à la publication de revêtements muraux antiques. Etudiant à Dijon à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, j’ai été formé à cette discipline au Centre d’Etude des Peintures Murales à Soissons (CEPMR, création du laboratoire d’archéologie à l’ENS-UMR 126, Paris, depuis UMR 8546) et au bureau d’architecture antique-CNRS à Dijon (depuis IRAA).
Discipline où les modes de construction et les techniques de décors muraux se rejoignent dans des contextes dont, en tant que coopérant à l’IFAPO / Ifpo, j’ai exploré la variété jusqu’au Proche-Orient. Sur ce rivage, j’ai abordé d’autres techniques picturales ainsi que des structures et périodes qui relèvent d’autres histoires et cultures, du contexte rupestre nabatéen (Ier s. av.-Ier s. ap.) à celui des palais et bains omeyyades (première moitié du VIIIe s. ap.), en passant par la Palmyrène (époque romaine et omeyyade).
• Depuis mon arrivée à l’UMR 8546-AOrOc en 1999 (contractuel), et mon intégration en tant qu’IE (2001) puis IR (2008), j’ai développé ces travaux d’abord dans le cadre du CEPMR, puis dans celui de l’équipe du « Monde romain », et actuellement dans l’axe 5 d’AOrOc (mise en espace : formes construites et imaginaires). Répondant à une demande de coopération jordanienne, j’ai agrandi mon champ d’observations des décors à celui d’un réservoir monumental où des blocs sculptés figurés d’époque omeyyade soulevaient différentes interrogations, celle de leur stéréotomie en particulier.
• Dès les années 1970, j’ai été initié à l’architecture antique par des architectes (IRAA, École française de Rome en Tunisie), qui depuis se poursuivent. Le chantier archéologique au Grand Louvre (1983-1989, Cour Napoléon et extension Tuileries) m’a ainsi permis d’avoir des responsabilités d’enregistrements dans le domaine de l’archéologie préventive, avec plus particulièrement le relevé des fours de tuiliers et de Bernard Palissy. Cette orientation architecturale s’est poursuivie avec la Direction des Antiquités Ile-de-France aux thermes de Cluny à l’occasion du changement de millénaire (projet Cluny 2000). 
• En 2004, la réouverture du dossier de conservation du tombeau des Trois Frères à Palmyre par la Direction Générale des Antiquités et Musées Syrienne (DGAMS), et la découverte spectaculaire jordanienne dans la nécropole de Capitolias en 2016 m’ont permis de reprendre l’étude des contextes funéraires déjà traités dans les années 1980. Ces chantiers au Proche-Orient s’ajoutent à ceux sur la carte des sites étudiés par AOrOc.
• Ce parcours fait apparaître des fils directeurs. Ils apparaissent dans l’analyse de l’état de conservation in situ des vestiges (qui a fait l’objet d’une enquête innovante en France et en Europe) et dans une réflexion sur la représentation figurée : par exemple, ses développements et la manière dont elle est acceptée d’une région à une autre, selon les périodes historiques et l’éloignement des centres urbains.
Apparaît également une conduite de travaux avec des chercheurs AOrOc, du Département des Sciences de l’Antiquité (DSA à l’Ens), des techniciens, des collègues d’universités (Paris-Université Diderot, Lyon-HiSoMA, Aix-en-Provence, IREMAM), d’éminents spécialistes et archéologues syriens et jordaniens, ainsi que des collègues allemands (Berlin, Cologne), anglais (Oxford) et américains (ACOR).
Afin de consolider chaque étape du parcours, je veille à ce que les liens institutionnels établis d’année en année soient entretenus. Je conserve celui avec le Centre d’étude des Peintures Murales Romaines (CEPMR) à Soissons. Ce centre, qui est géré par l’association Pro Pictura Antiqua (APPA) est unique en Europe ; c’est une vitrine ouverte sur les travaux d’étude et de restauration conduits sur de grands ensembles de décors (en fragments et en plaques), où s’exercent régulièrement de jeunes stagiaires. Je conserve également un lien étroit avec l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo, autrefois IFAPO) à Beyrouth et à Amman. M’ayant accueilli dès 1979, sa fonction éditoriale francophone au Liban est capitale pour publier les travaux accomplis en Jordanie et Syrie, ainsi que son aide aux missions, avec une mise à disposition de jeunes architectes diplômés en poste MAEE en Jordanie.
• Les retombées publiques s’apprécient par exemple dans les guides de voyage sur la Jordanie : au moins trois sites auxquels j’ai collaboré font l’objet d’une notice : Qusayr ‘Amra (Visitor center avec salle de documentation trilingue), Azraq as-Shishan (son réservoir décoré) et l’habitat peint du Wadi as-Siyagh à Petra.
• Mon parcours a abouti à un vaste ensemble de documents qui portent sur de nombreux sites archéologiques et musées. La priorité dans les années à venir sera l’archivage de plus de 20000 clichés argentiques et de nombreux documents d’étude. La demande régulière d’autorisation de reproduction atteste l’attrait que suscitent des illustrations publiées ou inédites (vue de synthèse picturale, la polychromie, le genre, etc.).
• Ce parcours s’est enrichi au cours des années par des échanges en langues anglaise, italienne, espagnole et arabe.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE (bibliographie thématique jointe)
• Eristov H., Vibert-Guigue Cl, al-As’ad, W., Sarkis Nada (dir.), (vingt-une contributions), Le tombeau des Trois Frères. Mission archéologique franco-syrienne 2004-2009, Bibliothèque archéologique et historique 215 (grand format), 2019, 332 p. (dont 106 pl.).
• Vibert-Guigue Cl., Bisheh Gh., Qusayr ‘Amra. Les peintures d’un bain omeyyade, Bibliothèque archéologique et historique, 179 (grand format) / Jordanian Archaeology 1, 2007, 226 pages dont 150 planches (38 en couleurs).
• Barbet A., Vibert-Guigue Cl., Les peintures des nécropoles romaines d’Abila et du Nord de la Jordanie, Bibliothèque archéologique et historique, 130, 1988 (album) et 1993 (texte sous la dir. d’A. Barbet).
• Vibert-Guigue Cl., Contribution sur les peintures murales, in : H. Broise et Y. Thébert, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Bulla Regia, « Les thermes memmiens », Collection de l’École française de Rome, 28 / II, 1, 1993, p. 289-293 et illustrations ; in : R. Hanoune, « Les mosaïques, Bulla Regia » IV, fascicule I, Collection de l’École française de Rome, 1982, p. 60-62, p. 79-80 et illustrations.

ACTIONS,THÉMATIQUES ET PROGRAMMES DE RECHERCHE
Actions principales
Découvrir des sites archéologiques majeurs,
Rechercher un partenariat et des soutiens financiers,
Documenter le décor antique,
Étudier son iconographie,
Assurer un management, communiquer et valoriser,
Publier et archiver,
Former de jeunes chercheurs et architectes et passer les relais.

Thématiques
L’état de conservation in situ au moment de la découverte.
L’iconographie funéraire au Proche-Orient.
Les contextes rupestres et hypogées au Proche-Orient.
L’art omeyyade (peinture, stuc, sculpture) au Proche-Orient.
L’association thématique du zodiaque et des scènes de construction dans les bains ou tombeaux.
Les décors peints et stuqués de la Décapole (Amman, Gerasa, Capitolias, Abila, Gadara).

Programmes en cours
A- Omeyyades de Jordanie : histoire, forme et technique d’une implantation humaine en milieu steppique : Azraq as-Shishan, sculptures dans un réservoir
Direction
- Co-direction avec F. Imbert : 2000-2002 (PICS-CNRS)
- Direction : 2004-2010 CNRS-ENS (Umr 8546), Appel d’offres Jordanie (InSHS) : équipe de 10 (fouilleurs, ouvriers, inspecteur).
- Mission relais en 2013 : architecte, Ifpo.
Partenariat : Département des Antiquités de Jordanie, Programme international de coopération scientifique PICS-CNRS, CNRS-ENS (Umr 8546), Appel d’offres Jordanie (InSHS), IREMAM (Aix-en-Provence), IFPO (Amman), Royal Society for the Conservation of Nature (RSCN).
Soutien financier : appel d’offres InSHS Jordanie-Syrie, UMR 8546, RSCN.
Action 2004-2010 : dégagement et relevé des blocs sculptés figurés, stéréotomie, reconstitution, prospection.
Prévision 2020-2023 :
- Préparatifs d’une monographie franco-jordanienne.
- Reconditionnement et classement d’archives.

B- Décors de Palmyrène : tombeau peint des Trois Frères (Palmyre), stucs de la source Efqa (Palmyre), peinture de Qasr al-Hayr al-Gharbi
Co-direction : avec H. Eristov (2004-2009), porteur d’un programme labex Transfers Culturels entre 2015-2018.
Partenariat : DGAMS, musée de Palmyre, CNRS-ENS (Umr 8546), HiSoMA, IFPO
Soutien financier : World Monument Funds, Sénat, amitiés franco-syriennes, appel d’offres Syrie-Jordanie InSHS, labex TransferS culturels.
Co-direction d’une équipe pluridisciplinaire : UMR 8546, Musée de Palmyre, experts, etc.
Action terrain : 2004-2009, relevé de peinture, muséographie, formation.
Action muséographique : aide à la conception de deux salles thématiques à l’étage du musée : projet d’exposition autour d’un fac-similé du tombeau des Trois Frères ; aide au projet de présentation des stucs du Méridien.
Communication, valorisation : réalisation de posters, de reportages (vidéo et photo) autour des activités d’équipes.
Résultat 2019 : monographie internationale parue dans la Bibliothèque archéologique et historique (Ifpo, Beyrouth).
Prévision 2020 :
- Préparation d’un article sur une peinture de Qasr al-Hayr al-Gharbi au musée de Palmyre.
- Reconditionnement et classement d’archives.

C-Bayt Ras Tomb Project (Jordan)
A l’initiative du projet jordanien : porteur d’une proposition d’aide technique et scientifique acceptée par le Département des Antiquités de Jordanie, suite à la découverte jordanienne le 15 novembre 2016 d’un tombeau peint exceptionnel : mise en place du partenariat et financement international.
Soutien financier : appel d’offre Jordanie (CNRS-InSHS), porteur d’un labex Transfers, fonds propres UMR 8546, axe 5 AOrOc.
Partenaires : Jordanie (Département des Antiquités), USA (Usaid, SCHEP, ACOR), France (CNRS-ENS-PSL Paris et Lyon) et Ifpo (Beyrouth, Amman), Italie (ISCR, ISPRA).
Directeur (partie française) : documentation iconographique et épigraphique en contexte, avec trois épigraphistes (HiSoMA-CNRS) et une architecte du patrimoine (Ifpo).
Action 2016-2021 : relevés et étude, formation sur place
Contribution au projet jordanien : par des documents ensuite transformés et communiqués par SCHEP/ACOR : vidéo, article, colloque, etc.
Formation : autour de « Que faire lors d’une découverte de peinture ? ».
Actions en cours : inventaire et catalogue des 270 figures qui composent plus de 100 scènes sur quatre parois et plafond. Suivi d’un infographiste (vectorisation d’une frise de 17 m de long avec 250 figures et 64 inscriptions). Reportage (photo et vidéo) constructive d’archive d’ambiances de travail et de contextes.

D-Décor de Nabatène : Peinture et stuc de Petra et Beida (Jordanie)
Réactivation de projet : monographie thématique des années 2000, sur la base de relevés effectués entre 1980 et 1996 pour le Département des Antiquités, suite à la découverte en 1979 d’un habitat peint. Cet habitat fait l’objet d’un programme mis en place par un consortium jordano-allemand.
Partenaires : Jordanie (DOA), PPCP (Berlin, Cologne) Petra Archaeological Park (PAP), France (Umr 8546, AOrOc).
Direction : apport des archives (ma documentation iconographique et archéologique en contexte).
Perspective : mise à disposition des archives, suivi logistique, iconographie, projet commun.
Formation : autour de comment documenter de manière archéologique des peintures et stucs en vue d’une monographie.
Action conjointe récente (28/10/2019) : journée d’étude sur Petra à l’ENS-Ulm à mon invitation : partage de connaissances et perspectives de collaboration avec un consortium jordano-allemand.

E-Décor in situ (France, Europe, Afrique du Nord)
Au Proche-Orient, les revêtements muraux décoratifs en place sont les premiers menacés par les altérations naturelles ou humaines, lors de conflits en particulier. Une longue pratique en Jordanie et Syrie m’a conduit à soulever la question des décors trouvés en place en France, en Europe et en Afrique du Nord. Le constat est semblable (dans le sens où aucun inventaire n’existe), conduisant des lacunes dans les connaissances. Une base de données a été conçue à titre expérimental.
Direction du projet : depuis un colloque à Toulouse en 2008.
Soutien financier : PEPS-ENS, fonds propres UMR 8546, axe 5 AOrOc.
Partenaires : SRA, conservateurs, architectes, musées, association, INRAP, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, etc.
Formation : autour de « Que faire lors d’une découverte de peinture in situ ? ».
Actions en cours : inventaire et catalogue.
Brochure de travail à valeur pédagogique (format A5) : intitulée « Décor in situ. Dialogue d’intérieur », cette brochure évolue en fonction des missions accomplies en région et des évènements organisés à ces occasions. Distribuée sur les lieux de rencontre, elle amorce des échanges tout en étant à la disposition des archéologues, architectes, conservateurs archivistes, sensibilisés à la question.
Album régionaux au format A3 : ces grands albums rassemblent région par région toute la littérature et illustrations consacrées à des découvertes en place, la plupart étant inédits. La somme, considérable, me permet d’aboutir à des synthèses illustrées, accompagnées de tableaux synoptiques, planches thématiques, etc.

ANIMATION DE LA RECHERCHE
• Séminaire de recherche, professeur invité, Master
Le séminaire « Décor et architecture d’Orient et d’Occident. Peinture, stuc, mosaïque évolue depuis une quarantaine d’années à l’ENS. Il a vu les disciplines de la peinture et du stuc rejoindre celle de la mosaïque lors de séances les jeudis d’octobre à mars. Actuellement dirigé par S. Blin, A. A. Malek, et moi-même, le séminaire conduit diverses actions pour lesquelles j’agis à plusieurs niveaux : recherches d’invités, organisation de la séance d’introduction « Actualités du décor », intervention sur un sujet en cours, proposition de séminaires thématique, invitation un professeur. En 2019, ce fut le cas pendant un mois avec une enseignante de l’ISCR (Rome) et un architecte en première séance (ISCR, Matera). Le dépôt d’un dossier de candidature, l’accueil de l’invité(e), le choix des thèmes et l’aide à préparer les diaporamas et bibliographies sont autant de responsabilités.
Ce séminaire de recherche m’amène régulièrement à suivre quatre ou cinq étudiants (Panthéon-Sorbonne, niveau Master 1 et 2).
• Interventions régulières dans trois colloques :
- Association française pour la peinture murale antique (AFPMA), actes dans la collection Ausonius-PICTOR.
- Association internationale pour la peinture murale antique (AIPMA), actes selon le pays hôte.
- International Conference on History and Archaeology of Jordan, actes par le Département de Antiquités de Jordanie (SHAJ).
• Expert et référent reconnu par la communauté internationale :
- Qusayr ‘Amra : peintures figurées, site archéologique et réserve naturelle (compte rendu O. Grabar, G.W. Bowersock).
- Les peintures du IIe s. av. au VIIIe s. ap. en Jordanie (contextes divers).
- La figuration humaine au Proche-Orient, étendue au bas-relief et à la statuaire.
- La forme de conservation in situ des vestiges (France, Europe et Afrique du Nord).
• Insertion communauté scientifique et universitaire :
- Membre de jury international de thèse.
- Membre de jury CNRS.
- Expertises de manuscrits et comptes rendus d’articles et ouvrages.