Architecture et décor


Dernière modification : 15 septembre 2017

 Personnes engagées dans ce thème de recherches

CNRS, ENS, EPHE
BALMELLE Catherine (DR émérite, CNRS) - BLANC Nicole (DR émérite, CNRS) - BURLOT Delphine (INHA) - DUBOIS-PÉLERIN Eva (ENS Paris) - GURY Françoise (CR1, CNRS) - LAURITZEN Delphine - LETELLIER Eloïse (PRAG, ENS-Paris) - MALEK Amina-Aïcha (CR1, CNRS) - MARCHAND-BEAULIEU Frédérique (Assistante Ingénieure, CNRS) - MONIER Florence (IR, CNRS) - OMAR Idris (EPHE) - VIBERT-GUIGUE Claude (IR, CNRS)

 Le thème de recherches Architecture et décor

L’architecture du monde romain, quel que soit son matériau (brique, moellons, caementicium, terre, bois, rupestre, rocher) est fondée sur le revêtement. Décor et architecture sont conçus comme un tout indissociable. Techniquement, le revêtement est nécessaire ; formellement, il donne son identité à l’édifice, lui confère un statut et façonne son espace. Le décor souligne l’espace architectural et induit une expérience spatiale, aussi bien dans les édifices publics que privés.

 

Le décor s’inscrit dans une société, avec son économie, ses formes de production, ses systèmes de pensée. Véhicule de transmission de pouvoirs et d’idées, l’image demande à être décryptée, comme les textes qui l’accompagnent. Elle est une clef pour appréhender l’esthétique et les habitudes visuelles des sociétés qui l’ont produite.

 

Le rapprochement des sources écrites et des vestiges ouvre sur de nouvelles perspectives, particulièrement dans l’approche historique de la réception du décor.

 

Cadre chronologique et géographique

  • De l’époque hellénistique jusqu’au haut Moyen-Age, des Macédoniens aux Omeyyades (-IV + VIIIe), ce dépassement des limites de la civilisation romaine, s’est progressivement imposé et a montré sa validité dans les publications récentes.
  • Royaumes hellénistique et Empire romain (France, Italie, Espagne, Suisse, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Syrie, Jordanie, Palestine, Liban, Afghanistan).