Chargement
Veuillez patienter...

Théâtre et musique


Dernière modification : 7 septembre 2017

Personnes engagées dans ce thème de recherches

Annie BÉLIS, Brigitte Le GUEN (au titre du GDR Théâthre), Christine MAUDUIT, Camille RAMBOURG

Présentation du thème « Théâtre et musique dans l’Antiquité »

Le théâtre et la musique entretenaient dans l’Antiquité des rapports beaucoup plus étroits que dans les sociétés modernes occidentales où ils apparaissent, dans l’ensemble, comme relevant de deux formes d’art différentes, sont pratiqués dans des lieux au moins en partie distincts (le théâtre et l’auditorium ou la salle de concert), et exécutés par des artistes spécialisés dans l’une ou l’autre discipline. Le terme grec de mousikè (technè), qui désigne au sens le plus large l’art des Muses, les incluait l’une et l’autre et la catégorie des concours musicaux comprenait aussi bien, selon des programmes qui variaient d’un festival à l’autre, des épreuves de récitation poétique, de musique instrumentale, de chants choraux, que des représentations dramatiques. Ces concours musicaux prenaient place dans un même lieu, le théâtre, devant le même public, dans le cadre des grandes fêtes religieuses de la cité. Les représentations dramatiques étaient elles-mêmes un spectacle total, mêlant la parole, le chant, la musique et la danse et ces différentes composantes de la représentation relevaient des compétences des poètes tragiques et comiques qui composaient non seulement le texte des drames, mais aussi la musique et les figures de danse exécutées par le chœur.

C’est pour tenter de rendre justice à cette réalité de la pratique théâtrale antique que l’équipe « Cultures de l’écrit » dédie l’un de ses programmes au « théâtre et à la musique ». L’objet d’étude qui se situe à la jonction de ces deux arts, la musique au théâtre, est, depuis de longues années, l’un des champs de recherche privilégiés d’Annie BÉLIS, directrice de recherche au CNRS et spécialiste reconnue de la musique antique. Il s’agit en particulier, par la confrontation de toutes les sources disponibles, de mettre en évidence l’évolution de la musique de théâtre au Ve s., en tentant de restituer, autant que faire se peut, la « personnalité musicale » de chaque auteur-compositeur (pour une présentation plus détaillée des travaux sur la musique antique, voir ci-dessous).

La dimension du spectacle et de la représentation est également privilégiée par les spécialistes du théâtre engagés dans ce programme (essentiellement Christine MAUDUIT et Brigitte Le GUEN). Le théâtre est ici envisagé du point de vue de la pratique théâtrale, comme un spectacle inscrit dans un lieu qui en influence l’ordonnancement. Les œuvres dramatiques sont donc étudiées principalement du point de vue de l’articulation entre texte et spectacle, en tenant le plus grand compte des conditions de représentation (contexte religieux, formes et évolution de l’édifice théâtral, jeu des acteurs, etc.). Cette perspective d’approche, qui suppose une étroite collaboration entre philologues, historiens et archéologues, se concrétise notamment par une collaboration régulière avec Jean-Charles MORETTI (Directeur de recherche au CNRS, IRAA, Lyon 2), prenant la forme de séminaires co-animés (ENS, EFA) et de travaux rédigés en commun. Elle est également illustrée par les travaux du GDR Théâthre, dirigé par Brigitte Le GUEN (Professeur d’histoire grecque à l’université de Paris 8), et actuellement engagé dans la préparation d’une histoire du théâtre antique reposant sur la collation et l’étude de tous les types de sources qui en portent témoignage (voir ci-dessous).