Études celtiques, résumés des 3 derniers volumes


Dernière modification : 18 mai 2018

 E. C. vol. 43, 2017


Parution : 31/11/2017
ISBN : 978-2-271-11762-5
Format : 15 x 23 cm
296 pages


Le volume 43 d’Études celtiques est consacré surtout aux Celtes de l’Antiquité, qu’il s’agisse d’archéologie, d’épigraphie ou de linguistique.
En archéologie, N. Ginoux précise le développement d’une petite cité gauloise, celle des Parisii ; J. Gomez de Soto (et associés) montre la continuité de l’emploi du corail à l’époque de la Tène moyenne ; K. Gruel analyse le corpus monétaire associé au fameux site de Chamalières.
En épigraphie, publication de plusieurs inscriptions inédites : des fragments d’une inscription gauloise sur céramique trouvée à Lezoux (P.-Y. Lambert, G. Alfonso, A. Wittmann), un poignard inscrit en celtibère (E. R. Lujȧn, A. J. Lorrio), deux estampilles ibériques trouvées dans les Pyrénées-Orientales (N. Moncunill, I. Simȯn Cornago).
En linguistique gauloise, étude approfondie de plusieurs toponymes issus des composés de nemeto-, « sanctuaire », dans la cité des Arvernes (J.-P. Chambon, B. Clémençon, E. Grélois).
Dans le domaine de l’Irlande médiévale, essai d’analyse actancielle appliqué aux constructions impersonnelles de l’irlandais ancien (la construction du composé verbal avec imm- ou imma-, par S. Dedio et P. Widmer) ; analyse des principaux thèmes, bibliques ou apocryphes, contenus dans l’Histoire évangélique du Leabhar Breac, par P.-Y. Lambert ; recherche à propos de la figure de l’apôtre Jean par E. Monge Allen.

Voir le sommaire.

  E. C. vol. 42, 2016


Parution : 01/12/2016
ISBN : 978-2-271-09359-2
Format : 15 x 23 cm
318 pages


Dans le domaine des Celtes de l’Antiquité, Patrick Sims-Williams retourne aux premiers témoignages historiques sur les Celtes, afin de mieux comprendre où se produit leur première apparition et quelles furent leurs migrations ; Vencelas Kruta s’interroge sur le sens possible des figures doubles dans l’art celtique antique ; Helen T. Mckay propose une explication très abordable du calendrier de Coligny.
Plusieurs contributions traitent de la mythologie irlandaise, à propos d’un nom de lieu associé à Lug (Valéry Raydon), à propos d’un dieu défricheur, le Dagda (Gael Hily), ou à propos de la légende royale de Eochaid Fedlech (Emily Lyle), légende qui conduirait à supposer l’existence d’une double déesse de souveraineté.
Charlene Eska interroge les pratiques scribales dans les manuscrits irlandais de textes juridiques.
Concernant la langue et la littérature bretonnes, Hervé le Bihan réédite un texte peu connu du moyen-breton, le poème officiel de 1532, en utilisant de nouvelles sources manuscrites ; Antoine Châtelier examine deux particularités dialectales du vannetais, relatives aux noms verbaux : l’existence de doublets et la « conjugaison » du nom verbal signifiant « avoir ».

Voir le sommaire.

 E. C. vol. 41, 2015

Parution : 29/10/2015
ISBN : 978-2-271-086784-5
Format : 15 x 23 cm
318 pages


Cette dernière livraison d’Études celtiques accorde une importance particulière à la linguistique et à l’épigraphie du celtique antique (celtibère, gaulois) : six articles sur douze leur sont consacrés. On notera une participation active des collègues espagnols, qui ont accepté que l’on traduise leurs articles en français. En épigraphie, nous avons la relecture d’une inscription gauloise d’Italie du Nord et la découverte d’un signe passé jusque ici inaperçu dans les inscriptions celtibères en écriture latine.
Plusieurs autres contributions s’attachent à l’étude du lexique gaulois : soit le nom de l’homme libre (*(p)riyo-, cf. anglais free), soit un nom d’animal, le cerf.
Concernant les langues médiévales et modernes, Jacopo Bisagni a produit l’étude exhaustive du thème du « roi taureau », dans une traduction irlandaise du poème de Stace, Hervé le Bihan donne des notes de moyen-breton (notamment sur l’expression de la négation) et Erwan le Pipec livre des observations sur la phonétique et l’origine dialectale de quelques phrases bretonnes citées par un érudit du XVIIIe siècle.
L’archéologie comprend un essai de localisation d’un oppidum gaulois cité par César, Gorgobina, et l’interprétation de fouilles archéologiques sur un promontoire armoricain.

Sommaire du numéro.