Chargement
Veuillez patienter...

Koktepe

(Ouzbékistan)


Dernière modification : 7 septembre 2017

Koktepe (antique Gava / Gabae)

(PAGE EN PREPARATION)

L’exploration de ce site d’une trentaine d’hectares a été lancée de 1993 à 2008 (période correspondant à une quinzaine de campagnes de fouilles) en complément des fouilles d’Afrasiab dans le but d’étudier un site représentatif sur la longue durée de l’urbanisation et de l’irrigation de la plaine du Zerafshan durant l’Âge du Fer. Dès le VIIe ou le VIe s. av. n.è. le site a abrité un important sanctuaire lié à des rituels de type zoroastrien et pourrait de ce fait avoir vraisemblablement été la Gava des textes avestiques. L’importance de Koktepe décroît après que les Achéménides déplacent la capitale vers Afrasiab vers la fin du VIe s., mais conserve une importance régionale en tant que centre religieux. Vers l’époque de l’expédition d’Alexandre, la ville est transformée en une forteresse connue des sources historiques sous le nom de Gabai. Des vestiges de tombes nomades illustrent en outre le contexte de la période des invasions avant et après le tournant de notre ère.

Les travaux sur le site étant achevés, il est maintenant possible de reconstituer une bonne synthèse historique de ce site riche en données pour les périodes les plus anciennes de la plaine du Zerafshan.
Comme en témoignent de nombreux autres exemples dans la région, le site de Koktepe vit tout au long de son histoire en équilibre entre une société de type urbain, agricole et pasteur-nomade.

Âge du Fer ancien (période Koktepe I)
Dès le début de son occupation à l’époque de transition entre l’Âge du Bronze et l’Âge du Fer, dans le dernier tiers du IIe millénaire av. n.è., le site de Koktepe se présente comme une véritable cité. Outre un habitat dense qui a été surtout exploré dans le secteur nord du plateau urbain dans le but d’en reconnaître les différentes étapes chronologiques, l’ensemble comprenait apparemment aussi des bâtiments de caractère monumental, comme l’atteste la découverte d’un édifice circulaire, ainsi qu’une enceinte de fortification.
Ainsi, la première phase urbaine de Koktepe laisse place, peut-être vers le tournant du IIe au Ier millénaire av. n.è., à une longue période d’occupation de type pasteur ou nomade.

Âge du Fer moyen (période Koktepe II)
Vers le VIe s. av. n.è. on rencontre une nouvelle phase d’occupation monumentale, représentée par deux grandes aires fortifiées
1) une aire fortifiée abritant probablement un sanctuaire à ciel ouvert dont on a vraisemblablement trouvé l’autel principal constitué d’une plate-forme renforcée de tours semi-circulaires et dont les vestiges du dernier feu sacré ont été dissimulés dans l’entrée du sanctuaire au moment de la destruction du bâtiment.
2) un grand édifice à cour de caractère vraisemblablement économico-administratif avec une série de grandes pièces contiguës que l’on serait tenté d’identifier comme des magasins à provisions).

Époque achéménide (période Koktepe III)
À l’époque achéménide, le sanctuaire est remplacé par une plate-forme cultuelle rectangulaire. Les rituels de fondation de ce nouveau monument ont été exécutés dans le sol du porche d’entrée de l’ancien sanctuaire avant son ensevelissement sous la plate-forme ultérieure.
Le grand bâtiment de l’époque 2 reste en activité durant une certaine période (c’est alors que le long d’un des côté on aménage une série de salles dont la toiture était soutenu par des piliers centraux. L’édifice est ensuite rasé et remplacé par une plate-forme à deux gradins de fonction indéterminée (plate-forme funéraire ?).

Époque hellénistique (période Koktepe IV)
L’époque hellénistique, relativement brève, ne dépasse pas les premières décennies du IIIe siècle av. n.è. Durant cette phase, l’ancienne cité est transformée en une forteresse dont les défenseurs logent dans des maisons rectangulaires qui ont probablement revêtu une fonction essentiellement agricole.

Auteur
(C. RAPIN)

Document joint :