Corpus des mosaïques de Lixus (Maroc)


Dernière modification : 18 septembre 2016

Catherine Balmelle (CNRS UMR 8546, chercheur émérite)
Jean-Pierre Darmon (CNRS UMR 8546, chercheur honoraire),
Hicham Hassini (Conservateur du site archéologique de Lixus)
Frédérique Marchand-Beaulieu (CNRS UMR 8546, Assistante Ingénieure)
Brahim Mlilou (Conservateur Adjoint du site archéologique de Lixus)
Zahra Qninba (enseignant-chercheur, INSAP),
Marie-Pat. Raynaud (CNRS, Collège de France, Ingénieure d’étude)

 Le projet

Fig. 1
Fig. 1

A l’initiative de J.-P. Darmon, un projet franco-marocain de Corpus des mosaïques du Maroc a été mis en œuvre et il a été décidé en 1992, en accord avec Z. Qninba, que le premier fascicule serait consacré aux mosaïques de Lixus près de Larache, au nord-ouest du Maroc. Ce programme de coopération internationale a donné lieu à plusieurs campagnes de recherches sur le terrain entre 1994 et 1998 (relevés, sondages) et à deux missions d’étude du matériel.
Fig. 1 : Vue de la colline de Lixus©F.Marchand-Beaulieu-AOROC.

 

Fig. 2
Fig. 2

En 2004-2005, le programme a été relancé avec la consultation à Barcelone des archives de l’archéologue catalan Miguel Tarradell qui avait fouillé dans les années 50 plusieurs maisons de Lixus. Ces documents ont fourni de très précieux témoignages sur le contexte architectural et archéologique de ces mosaïques, plus particulièrement sur celles de la maison de Mars et Rhéa Silvia, la plus vaste et la mieux conservée.
Fig. 2 : Mosaïque de Lixus : amour et psyché©F. Marchand-Beaulieu-AOROC.

 

Fig. 3
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 5

Les dernières missions (2010, 2011, 2012) se sont centrées sur l’étude des sols du frigidarium et de ses piscines des thermes du théâtre-amphithéâtre ainsi que sur les pavements des maisons dite « Montalban » et de Mars et Rhéa Silvia. Il s’agissait de compléter des informations, sur l’architecture de ces maisons et en particulier des pièces qui accueillaient des mosaïques aujourd‘hui disparues ou déposées dans les musées de Tanger et Tétouan.
Fig. 3 : Lixus : Vue aérienne de la maison de Mars et Rhéa©L. Passalacqua-Universita di Sienna.
Fig. 4 : Lixus : Piscine de la maison de Mars et Rhéa©F. Marchand-Beaulieu-AOROC.
Fig. 5 : Lixus : piscine du frigidarium des thermes du théâtre-amphithéâtre©F. Marchand-Beaulieu-AOROC.

 

A la lumière des archives d’anciennes fouilles menées dans la première moitié du siècle dernier, des sondages et missions effectuées récemment, l’étude archéologique nous a permis de remettre en contexte une grande partie des mosaïques, ce qui n’était, à l’époque de leur découverte, pas souvent le cas. La mise en contexte de ces sols nous permet une nouvelle lecture des décors de ces maisons et des thermes.

 

Une trentaine de mosaïques ou fragments ont été répertoriés dans le corpus sous forme de notices détaillées.

 

 Bibliographie récente

Balmelle C., Hassini H., Qninba Z., « Le décor des thermes de Lixus », in : Colloque international De Rome à la Maurétanie tingitane, Hommage à la mémoire de Maurice Lenoir, Rabat, 25-27 novembre 2010, sous presse.