Chargement
Veuillez patienter...

JEHASSE Olivier

Maître de conférences, Département d’histoire de la faculté des lettes de l’université de Corse.


Dernière modification : 22 septembre 2017

Associé à l’UMR 8546 - AOrOc, École normale supérieure 45 rue d’Ulm, 75230 PARIS Cedex 05.
Équipe : Celtes et Étrusques : identités, pouvoirs, échanges

 

Contacter Olivier JEHASSE

Dépôts dans HAL-SHS

THÈMES DE RECHERCHES

La problématique fondatrice de mes travaux s’organise autour du concept de Philologie du Politique. Il s’agit de croiser toutes les informations disponibles (textes, archéologie, géographie) concernant les mondes italiques anciens dans leur rapport avec les grandes îles de Méditerranée occidentale (Sicile, Sardaigne, et principalement la Corse).
Enseignant-chercheur titulaire depuis 21 ans à l’Université de Corse, après avoir pratiqué des recherches archéologiques, j’ai exploré plus précisément le champ historique des territoires objets de mes travaux et présenté un certain nombre de synthèses sur l’évolution de la société des Corses au cours du Ier Millénaire avant notre ère ainsi que sous la domination de Rome jusqu’aux temps carolingiens. Les travaux ont offert une vision renouvelée des réalités insulaires dont on saisit l’évolution dans deux dimensions très fortement imbriquées : des mouvements de transformations internes (développement artisanal, évolution des systèmes d’occupation de l’espace montagnard, naissance d’une société segmentée en groupes territoriaux bien définis) et leur lien profond avec les projets politiques des grandes puissances maritimes (principalement les Etrusques) ou économico-politiques (Rome).
Ces travaux ont été menés en collaboration avec les collègues italiens des Universités de Pise, Rome, Sassari et Cagliari, et en France avec les collègues de l’ENS de Paris (AOrOc), la Maison de l’Orient CNRS de Lyon, où j’ai soutenu ma thèse, ainsi que les collègues latinistes de l’Université de Limoges. Pour les années à venir je souhaite achever un ouvrage sur la géographie antique des îles, en portant l’attention en Corse sur les types d’habitats, la naissance des monuments structurants l’espace archaïque avant de présenter la naissance d’un espace politique spécifique, ni cité, ni marché, ni port uniquement, le site d’Alaliè et son devenir comme colonie romaine et centre structurant d’un territoire à vocation d’exploitation économique. Cette synthèse de géographie politique s’intéresse également à la structuration de territoires utilisés par les Corses (le territoire de Populonia en Toscane maritime, celui du Val di Magra en Ligurie, ainsi que la région septentrionale de l’île de Sardaigne. C’est en effet dans cet espace à la fois insulaire et continental, maritime et montagnard, qu’un certain nombre de points de convergence permettent de saisir les évolutions des sociétés archaïques au début du Ier Millénaire, et les transformations fortes opérées par Rome tout au long de son histoire.