Construire pour stocker

Séminaire histoire de la construction


Dernière modification : 12 décembre 2018

Mardi 11 décembre 2018, 10h-12h30 & 14h-17h30, Pavillon de l’Arsenal, 21, Bd Morland, 75004 Paris.

Séminaire organisé par :
 
Le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LaMOP) UMR 8589, CNRS - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Le Centre de théorie et analyse du droit (CTAD) UMR 7074, CNRS - Université Paris Nanterre.
Le Laboratoire Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (UMR 8546, ENS-CNRS-EPHE).
et
Le Laboratoire Orient & Méditerranée. Textes Archéologie Histoire (UMR 8167 - CNRS - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Paris-Sorbonne - EPHE - Collège de France).
avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS.
 
Programme :
 
10h Introduction
10h15 Milena Mimmo, Post-doctorante au Centre Camille Jullian (UMR 7299-AMU/CNRS)
Rome : construire pour stocker, stocker pour bâtir. La construction des entrepôts urbains et le stockage des matériaux de chantier.
11h15 Patrice Beck, Professeur honoraire des Universités
Construire pour stocker dans les campagnes bourguignonnes à la fin du Moyen Âge
12h30-14h Déjeuner
14h Jean-Pierre Van Staëvel, Professeur d’archéologie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Le grenier collectif d’époque moderne au Maghreb : institution rurale, construction monumentale et défi patrimonial
15h Marianne De Fossé, Ingénieur civil et architecte, docteur au département de génie architectural de la Vrije Universiteit Brussel
Dépôts de matériaux de construction à Anvers, Bruxelles et Gand
16h15 Revue de publications récentes sur l’histoire de la construction
 
Résumés
 
Milena Mimmo a soutenu sa thèse à l’Université de Padoue en 2014 et elle a été post-doctorante au Centre Camille Jullian (UMR 7299-AMU/CNRS) dans le cadre du programme d’Excellence LabexMed. Ses recherches portent sur le stockage dans l’Antiquité, notamment dans la ville de Rome, en développant les méthodes de l’archéologie de la construction. Dans le cadre du projet ANR- Entrepôts (CNRS, CCJ, IRAA, ÉFR, ÉFA) elle a participé aux recherches des Entrepôts dit de Trajan à Portus (Fiumicino, Roma), où elle collabore actuellement aux fouilles de l’École Française de Rome, sur le grande môle nord-sud, dans le cadre du projet Ostie-Portus, hub de l’empire romain.
 
Rome : construire pour stocker, stocker pour bâtir. La construction des entrepôts urbains et le stockage des matériaux de chantier.
 
Dans les entrepôts de la Rome antique toutes sortes des marchandises étaient stockées, afin de répondre aux besoins d’une population d’un million de personnes environ. Les bâtiments de stockage se définissent par un double caractère : des bâtiments « construits », dont il s’agit d’analyser les aspects techniques et les lieux pour entreposer les matériaux de constructions.
L’intervention portera sur les entrepôts de la ville de Rome entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle ap. J.-C. En partant d’une vision générale sur les bâtiments de stockage de la ville, la présentation portera sur l’organisation des plans adoptés et les techniques de construction des entrepôts urbains. Un intérêt particulier sera accordé à la fonctionnalité et à la logistique d’utilisation de ces bâtiments utilitaires, notamment en ce qui concerne les types de marchandises entreposées et les dynamiques d’approvisionnement des matériaux de chantier.
 
Bibliographie

  • M. Mimmo, “Tabernae e cortili : spazi e risvolti multifunzionali dei magazzini urbani”, in S. Santoro (ed.), Emptor et mercator : spazi e rappresentazioni del commercio romano, Studi e ricerche internazionali coordinate da Sara Santoro, Bari, Edipuglia, 2017, p. 63-77.
  • E. Bukowiecki, M. Mimmo, C. Panzieri, R. Sebastiani, “Le système des sols surélevés dans les entrepôts d’Ostie, de Portus et de Rome. Nouvelles découvertes en cours” (in Chankowski V. - Lafon X. - Virlouvet C. (edd.) : Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique (Actes du colloque d’Athènes, 22-24 octobre 2012), Suppléments BCH, 58, p. 231-267.
  • M. Mimmo, “Horrea Vespasiani. Progettualità, strutture e funzione, dalla conversione delle costruzioni neroniane agli interventi severiani”, in Le Palatin, émergence de la colline du pouvoir à Rome, de la mort d’Auguste au règne de Vespasien, 14-79 ap. J.-C., Rome, 5-8 Octobre 2016, Congrès de la Société Internationale d’Études Néroniennes, Neronia X, Ausonius, (à paraître).
  • M. Carrive, M. Mimmo, “Enduire et protéger les parois des bâtiments à l’époque romaine. Les cas des entrepôts de Rome-Ostia-Portus”, in Mortier et Hydraulique en Méditerranéen Antique, IVe Symposium International Hydromed, Aix-en-Provence 24-25 Mars 2016, Presses Universitaires de Provence (à paraître).
  • M. Mimmo, “Le stockage à Rome à l’époque antique”, in Séance des Jeunes Chercheurs “Forum de la Méditerranée. Sciences Humaines et Sociales”, Villa Méditerranée – MuCEM, Marseille 17-19 Mars 2016 , p. 116
  • É. Buckowieki, R. Fabro et M. Mimmo, “Le môle nord-sud de Portus, Ier campagne de fouille”, (avec), Chronique de l’École Française de Rome 2017, MEFRA, (à paraître).
  • E. Bukowiecki, M. Mimmo, R. Sebastiani (éd.), Les entrepôts de Trajan a Portus : Etude d’un complexe de stockage en milieu portuaire, (en préparation).
  • M. Mimmo, “Lo stoccaggio delle merci a Roma. Analisi architettonica, topografica e funzionale dei magazzini di età romana”, (en préparation).
  • Nombreuses notices sur les entrepôts de Rome dans la base de données en-ligne www.entrepots-anr.efa.gr.
     
    Patrice Beck est professeur honoraire des Universités. Il a été Ingénieur d’études à l’EHESS dans l’équipe de Jean-Marie Pesez entre 1978 et 1991, puis Maître de conférences aux Universités de Tours (1991-1996) et de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1996-2007), enfin professeur à l’université de Lille 3 jusqu’en 2013. Il y a enseigné l’Histoire et l’Archéologie médiévales. Il reste membre associé du laboratoire IRHiS et poursuit ses recherches sur l’architecture, l’économie et la société du grand domaine rural entre XIIIe et XVe siècle en duché de Bourgogne, tant à partir des archives écrites que des vestiges archéologiques.
     
    Construire pour stocker dans les campagnes bourguignonnes à la fin du Moyen Âge
     
    Dans les habitats ruraux reconnus pour la fin du Moyen Âge en Bourgogne, résidences princières, fermes seigneuriales ou maisons roturières, les espaces de stockage, dédiés aux outils comme aux productions agro-pastorales, font l’objet des mêmes attentions constructives que la maison, qu’ils en soient séparés ou bien placés sous le même toit. Dans le hameau de Dracy occupé au XIVe siècle par des serfs de Monseigneur le duc, ils restent limités à quelques annexes extérieures pour les petits animaux d’élevage et sont essentiellement mêlés aux espaces domestiques de la maison. Dans la ferme desservant le couvent des Cordeliers fondé sur le Mont-Beuvray au début du XVe siècle, comme dans celles érigées au XIVe siècle pour les éleveurs de moutons de la Grange du Mont en Auxois ou ceux du domaine de l’abbaye de Saint-Seine sur la montagne dijonnaise, ils se développent largement et se spécialisent, disposés dans le prolongement de la maison ou bien autour d’une cour. Dans les domaines vitivinicoles du duc de Bourgogne, à Chenôve aux portes de Dijon comme à Germolles à proximité de Chalon-sur-Saône, ils sont monumentalisés et servent à la démonstration de puissance.
     
    Bibliographie :
  • P. Beck (dir.), Une ferme seigneuriale au XIVe siècle. La Grange du Mont (Charny - Côte d’Or), Documents d’Archéologie française n° 20, Paris, 1989, 143 pages.
  • P. Beck & P. Jugie (coord.), Le clos de Chenôve. La cuverie et les pressoirs des ducs de Bourgogne. Histoire, archéologie, ethnologie (XIIIe-XXe siècle), Images du patrimoine n° 190, éditions du Patrimoine - Bourgogne, Dijon, 1999, 64 pages.
  • P. Beck (coord.), Vie de cour en Bourgogne à la fin du Moyen Âge. Marguerite de Flandre et Germolles (1380-1405), éditions A. Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2002, 128 pages.
  • P. Beck, F. Faucher & J.-L. Maigrot (dir.), Élevage et forêt sur la montagne dijonnaise à la fin du Moyen Âge. Deux établissements forestiers d’éleveurs en terre de Saint Seine - Saint-Martin du Mont (Côte d’Or), éditions Mergoil, Drémil-Lafage, 2018, 264 pages.
  • P. Beck & B. Saint-Jean Vitus (dir.), Le couvent des Cordeliers du Mont-Beuvray – Histoire et Archéologie, Coll. Bibracte, Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne, 2018, 360 pages.
     
    Jean-Pierre Van Staëvel est professeur d’archéologie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Archéologue de formation et spécialiste de l’Occident musulman médiéval, il a consacré sa thèse de doctorat (Lyon 2, 2000) à l’exploitation des sources jurisprudentielles musulmanes traitant de problèmes de propriété immobilière et de conflits de voisinage dans les villes de l’Islam d’Occident au Moyen Âge, puis son habilitation à diriger les recherches (Paris IV, 2006) aux modes d’habiter en al-Andalus. Après avoir été maître de conférences puis professeur à l’Université Paris IV/Sorbonne Université, il est désormais titulaire de la chaire Archéologie des pays d’Islam à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux actuels portent sur les aspects matériels des communautés religieuses musulmanes (ermites, ascètes, soufis), et notamment sur l’institution du ribât (lieu de retraite et de militance), ainsi que sur les modes de vie et de production des sociétés rurales, notamment montagnardes, dans le monde islamique. Il codirige la mission archéologique franco-marocaine qui fouille le ribât d’Igiliz (Maroc), berceau de l’Empire almohade.
     
    Le grenier collectif d’époque moderne au Maghreb : institution rurale, construction monumentale et défi patrimonial
     
    Les régions montagneuses du Sud marocain, mais également les Aurès en Algérie et les régions présahariennes du Sud de la Tunisie connaissent, à l’époque moderne, une extraordinaire floraison d’édifices communautaires singuliers : les magasins collectifs. Souvent seule manifestation monumentale des villages ou des groupes sociaux qui gravitent autour d’eux, il s’agit de constructions de formes et de tailles variées, parfois impressionnantes, mais qui ont toutes pour fonction d’abriter les réserves et les biens précieux de chaque famille qui y dispose d’un emplacement. Leur fonctionnement est réglé minutieusement par les normes du droit coutumier. Leur étude, engagée de manière précoce dans des régions pourtant peu accessibles, a permis de rassembler un remarquable corpus architectural avant que l’institution ne se meurt, au cours du XXe siècle. Depuis les années 2000, le grenier collectif connaît cependant, en tant que monument, un nouveau regain d’intérêt de la part des chercheurs, géographes ou architectes, notamment dans le cadre de logiques de patrimonialisation, dont il est incontestablement aujourd’hui l’une des pièces maîtresses. Il n’en reste pas moins un objet archéologique incomplet, puisqu’il n’a donné lieu, faute de travaux adéquats, qu’à de fragiles hypothèses historiques, laissant encore dans l’ombre les conditions sociopolitiques et économiques de sa genèse et de ses premiers développements.
     
    Bibliographie sélective
  • J. De Meulemeester, « Même problème, même solution : quelques réflexions autour d’un grenier fortifié », in Le village médiéval et son environnement. Etudes offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 97-112.
  • J. De Meulemeester, A. Matthys, F. Amigues, « Un grenier collectif fortifié hispano-musulman ? Le Cabezo de la Cobertera (Vallée du Río Segura / Murcie). Bilan provisoire d’une approche ethnoarchéologique », in A. Bazzana et M.-C. Delaigue (éd.), Ethno-archéologie méditerranéenne, Madrid, 1995, p. 181-196.
  • Dj. Jacques-Meunié, Greniers-citadelles au Maroc, 2 vol., Paris, 1951.
  • A. Louis, Tunisie du Sud. Ksars et villages de crêtes, Paris, 1975.
  • R. Montagne, Un magasin collectif de l’Anti-Atlas : l’Agadir des Ikounka, Paris, 1930.
  • R. Montagne, Villages et kasbas berbères. Tableau de la vie sociale des berbères sédentaires dans le Sud du Maroc, Paris, 1930.
  • S. Naji, Greniers collectifs de l’Atlas. Patrimoines du Sud marocain, Casablanca-Arles, 2006.
  • H. Popp, A. Kassah, Les ksour du Sud tunisien. Atlas illustré d’un patrimoine culturel, Bayreuth, 2010.
  • H. Popp, M. Aït Hamzaï, B. El Faskaoui, Les agadirs de l’Anti-Atlas occidental. Atlas illustré d’un patrimoine culturel du Sud marocain, Bayreuth, 2011.
     
    Marianne De Fossé, ingénieur civil et architecte, a fait un doctorat au département de génie architectural de la Vrije Universiteit Brussel, sous la supervision de Prof.Ir.Arch. Ine Wouters (VUB), Prof. Inge Bertels (VUB) et Prof. Linda Van Santvoort (UGent). L’objet de la recherche était la préservation des entrepôts urbains historiques à Anvers, Bruxelles et Gand par la compréhension de leur architecture et de leur technologie. Auparavant, son mémoire de master portait sur la réaffectation des anciens entrepôts de bière dans la Région de Bruxelles-Capitale. En tant que membre de BruxellesFabriques, elle s’est spécialisée dans le patrimoine social et industriel bruxellois.
     
    Dépôts de matériaux de construction à Anvers, Bruxelles et Gand
     
    Les entrepôts urbains historiques sont de remarquables édifices qui témoignent de l’histoire économique et industrielle de la ville portuaire. Dans les grandes villes portuaires historiques en Belgique, notamment Anvers, Bruxelles et Gand, une grande variété d’entrepôts ont été construits au XIXe et début XXe siècle. Il s’agissait de gérer un flux grandissant de marchandises, dont des matériaux pour la manufacture et l’industrie. La nature de ces biens et les spécificités de leur commerce ont eu une influence déterminante sur l’architecture et la construction des entrepôts historiques, résultant dans des typologies spécifiques dont les entrepôts royaux, les dépôts de bière, de peaux et de foin et les entrepôts de l’industrie de textile. En analogie, il existe des entrepôts historiques liés à l’industrie du bâtiment destinés au stockage de bois, de plâtre et de ciment ainsi que des entrepôts d’entrepreneur. Dans la présentation il sera question de la localisation des entrepôts, de leur architecture, organisation, structure et matériaux de construction.
     
    Bibliographie :
  • Archief en Museum Van Het Vlaamse Leven te Brussel VZW, 1996. Bier en Brouwerijen te Brussel van de middeleeuwen tot vandaag. Brussels : Archief en Museum van het Vlaamse leven te Brussel.
  • Bonke, H., 2001. Amsterdamse Pakhuizen 16de tot 20ste eeuw. Zutphen : Walburg Pers.
  • Braeken, J., et al., 1989. Bouwen door de eeuwen heen in Brussel. Inventaris van het cultuurbezit in België, Architectuur. Deel Brussel 1A, Stad Brussel, Binnenstad, A-G. Luik : Editions Mardaga.
  • Braeken, J., et al., 1993. Bouwen door de eeuwen heen in Brussel. Inventaris van het cultuurbezit in België, Architectuur. Deel Brussel 1B, Stad Brussel, Binnenstad, H-O. Luik : Editions Mardaga.
  • City Archives of Brussels. Travaux Publics : Permis de bâtir, Brussels.
  • De Beule, M., Boswell, R., Doornaert, A. & Hanssens, B., 2012. Production activities Observatory, Evolution 1997 – 2011, 5. Brussels. Brussels-Capital Region & Brussels Regional Development Agency.
  • De Fosse, M., 2014. Beer warehouses in Brussels. Historical value and reuse possibilities. Master’s thesis in Architectural Engineering. Brussels. Vrije Universiteit Brussel.
  • De Fosse, M. « Historical urban warehouses in Brussels : architecture and construction », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 117, mis en ligne le 27 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/brussels/1579 ; DOI : 10.4000/brussels.1579. [pour la version en français voir : URL : http://journals.openedition.org/brussels/1590 ; DOI : 10.4000/brussels.1590].
  • Dewaide, Z., 2017. Early reinforced concrete warehouses in Antwerp, brussels and Ghent. Master’s thesis in Architectural Engineering. Brussels. Vrije Universiteit Brussel.
  • Huberty, C. & Soares, P., 1994. De Sint-Katelijnewijk en de Oude Havendokken. Brussels : Office of Monuments and Sites of the Brussels Capital Region.
  • La Fonderie, 1992-94. Inventaire et valorisation du Patrimoine immobilier significatif de l’histoire industrielle et sociale de la Région bruxelloise : Fiches de base. Brussels.
  • Les Archives d’Architecture Moderne (AAM), 1980. L’Inventaire visuel de l’architecture industrielle de l’agglomération de Bruxelles, Brussels.
  • Monumenten & Landschappen. Inventaris van het bouwkundig erfgoed [online]. [Consulted on 6 may 2017]. Available on : http://www.irismonument.be/
  • Monumenten & Landschappen, 1998. Beschermingsbesluit 30-04-1998 Voormalige opslagplaats Stiel & Rothschild. Brussels.
  • Stad Brussel. Geschiedenis van Brussel. In : old.brussels.be [online]. [Consulted on 6 may 2017]. Available on : https://old.brussel.be/artdet.cfm/4094/Geschiedenis-van-Brussel
  • Vandenabeele, L., 2014. Historical timber warehouses in Brussels. Master’s thesis in Architectural Engineering. Brussels. Vrije Universiteit Brussel.
  • Wermiel, S., Bertels, I. & Wouters, I., 2013. „Brusselse pakhuizen, een beladen toekomst ?“ In : Erfgoed Brussel. 2013. No 8, p. 5-19.
  • Wermiel, S., Bertels, I. & Wouters, I., 2012. Historical Warehouses in the Brussels Capital Region : researching and preserving commercial and industrial buildings. Brussels. Innoviris, Vrije Universiteit Brussel.
  • Wermiel, S., 2004. “Heavy Timber Framing in Late-Nineteenth-Century Commercial and Industrial Buildings.” In : APT Bulletin. 2004. Vol. 35, No 1, p. 55-60. DOI : 10.2307/1504840
  • Wouters, I., 2002. Renovatie van de Fire Proof Mill in Brussel : renovatie-bouwtechniek-brandweerstand. Doctoral thesis in Architectural Engineering. Brussels. Vrije Universiteit Brussel.
  • Wouters, I., Van de Voorde, S., De Fosse, M. and Bertels, I., (eds.) 2018. « Built to stock. Versatility of Hennebique’s Urban Wharehouses in Belgium 1892-1914”, in. I. Wouters, S. Van de Voorde and I. Bertels, Building Knowledge, Constructing Histories, 2 vol, CRC Press/Balkema (Leiden), vol. 2 p. 1383-1391.
     
    Organisateurs :
  • Philippe Bernardi (CNRS, Lamop, Université Panthéon Sorbonne)
  • Robert Carvais (CNRS, CTAD, Université de Paris Nanterre)
  • Hélène Dessales (ENS, AOrOc-UMR 8546)
  • Jean-Pierre Van Staevel (Université Panthéon Sorbonne, laboratoire Orient & Méditerranée. Textes Archéologie Histoire)

Organismes partenaires :

AOrOc - UMR 8546-CNRS/ENS ENS - École normale supérieure - PSL LaMOP - Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris Orient & Méditerranée UMR8167 Université Paris Nanterre