Chargement
Veuillez patienter...

Archéologie et histoire de l’Orient hellénistique et romain

François VILLENEUVE (Université de Paris I)


Dernière modification : 13 septembre 2017

Premier semestre :

Les mardis de 10h à 12h, Institut d’art et archéologie, 3, rue Michelet 75006 Paris, salle 319.

Première séance : mardi 26 septembre 2017

Second semestre :

Les mardis de 10h à 12h, Institut d’art et archéologie, 3, rue Michelet 75006, salle 319.

Première séance : mardi 23 janvier 2018 (attention : interruption 27 février - 20 mars, reprise le 27 mars).
Validation : par assiduité (contrôlée) et un compte rendu (lecture d’article savant, exposition, colloque, soutenance de thèse) ou bien un travail d’indexation de photos archéologiques anciennes
S1 et S2, 6 crédits par semestre

Premier semestre : Introduction à la recherche récente sur les régions méditerranéennes de l’Orient entre la conquête d’Alexandre et le IVe siècle apr. J.-C. La série commence par la présentation des outils de recherche bibliographiques et numériques et des principaux lieux et tendances de la recherche actuelle. Ensuite, une part importante des séances sera consacrée d’une part à l’archéologie en Jordanie et en Palestine / Israël, particulièrement florissante, et à l’archéologie syrienne, dont la pause sur le terrain par l’effet la crise que l’on sait a pour corollaire un extraordinaire afflux de publications de qualité. Des échanges avec des historiens romanistes des IIè et IIIè siècles sont également prévus pour évaluer les relations entre arts et bâtiments orientaux d’une part, romains (stadtrömisch) de l’autre, notamment à l’époque sévérienne. Premier cours le 26 septembre 2017.
Second semestre : Introduction à la recherche archéologique récente sur les régions non–méditerranéennes de l’Orient hellénisé, entre conquête d’Alexandre et IVe siècle apr. J.-C. : recherche en pleine mutation en raison des changements rapides au Moyen-Orient, où se développe très rapidement l’archéologie de la péninsule arabique (Yémen aujourd’hui exclu, au rebours exactement de ce qui avait prévalu pendant cinquante ans, et « supplanté » sur l’autre rive de la mer Rouge par l’Ethiopie). En Mésopotamie, révolution aussi : c’est le nord, Adiabène antique, aujourd’hui Kurdistan, négligé pendant des décennies, qui est au cœur de la recherche de terrain, tandis que le sud de l’Irak se rouvre progressivement à la recherche. Les quatre dernières séances sont consacrées, en partenariat avec Rubina Raja, professeure invitée de Aarhus (Danemark) à une réflexion sur l’archéologie et l’histoire urbaines et aux réseaux de villes, de Palmyre à l’actuelle Jordanie.

Responsable : François VILLENEUVE