Chargement
Veuillez patienter...

Séminaire de Protohistoire celtique

Aurélia Feugnet (AOrOc, UMR 8546, ARSCAN), Clémentine Barbau (AOrOc, UMR 8546) et Stéphanie Lepareux-Couturier (Inrap, AOrOc, UMR 8546)


Dernière modification : 15 juin 2017

Vendredi 21 avril 2017, à 10h, salle Celan, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.

Dans le cadre du séminaire de Protohistoire 2016-2017

 INFLUENCE DE L’INTEGRATION DANS LES SOCIETES CELTIQUES D’IMPORTATIONS GRECQUES ET ROMAINES ENTRE LE 3E ET 1ER S. BCE.

Aurélia FEUGNET (doctorante, Université Paris I, UMR AOROC, UMR ARSCAN)

L’étude des biens grecs et romains d’importation permet d’aborder les relations entre monde celtique et monde méditerranéen, mais met aussi en lumière les développements internes qu’ont connus ces deux aires culturelles. L’intégration de marchandises complémentaires aux productions celtiques suggère notamment une volonté de diversifier les pratiques de consommation par l’emploi de produits exogènes qui en augmentent le prestige. Ces produits d’origine méditerranéenne sont porteurs d’influences culturelles dont l’impact est plus ou moins fort selon les périodes et selon les régions. Cet impact est principalement imputable aux choix réalisés par les populations celtiques (stratégie commerciale, réseaux d’alliances politiques, complexification sociale). Ainsi, ces choix matérialisent de fait l’état de développement de ces sociétés et peuvent refléter par extension leurs structures sociales et politiques. La recherche des indices permettant de reconstruire ces structures par le biais de l’analyse de l’intégration de ces biens exogènes est ainsi l’un des objectifs de mon travail de thèse. Dans le cadre de cette communication, je propose de présenter la démarche méthodologique ainsi que les premiers résultats de ce cheminement conceptuel.
Bibliographie

CARVER (E.). – The visibility of imported wine and its associated accoutrements in Later Iron Age Britain. Oxford : Achaeopress, 2001. (BAR British Series ; n°325).

FEUGERE (M.) et ROLLEY (C.). – La vaisselle tardo-républicaine en bronze. Table-ronde CNRS, Lattes, 26 au 28 avril 1990. Dijon : Université de Bourgogne, 1991.

KYSELA (J.). – Les origines des oppida en Bohême : Le rôle de la Méditerranée et les processus d’urbanisation dans l’âge du Fer européen. Prague : Universita Karlova v Praze et Strasbourg : Université de Strasbourg, 2013.

POUX (M.). – L’âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Montagnac : Monique Mergoil, 2004. (Protohistoire européenne ; n°8).

 ROMANISATION ET VIE QUOTIDIENNE : L’INSTRUMENTUM DE TYPE ITALIQUE EN GAULE (IIE S. AV. J.-C. – IER S. AP. J.-C.)

Clémentine BARBAU (Ater ENS, AOrOc, UMR 8546)

L’analyse typologique et contextuelle de plusieurs catégories d’instrumentum de type italique (vaisselle métallique, bagues à intaille, ustensiles de toilette, instruments de l’écriture, fibules et accessoires du vêtement, lampes à huile) présentes en Gaule interne dès le IIe siècle avant notre ère permet une approche renouvelée du processus de romanisation. En effet, l’évolution chronologique, spatiale et culturelle de ce phénomène appartenant au champ de l’acculturation a pu être précisée à partir d’une réflexion sur la diversité des contextes pris en compte. Ainsi, la variété des comportements des populations locales, les diverses modalités de réception de ce mobilier exogène, en lien avec l’intégration de nouveaux modèles italiques sont mis en lumière. Enfin, le rôle des élites locales dans les interactions avec l’Italie, que ce soit par le commerce ou par l’auxiliariat, est également souligné.

M. REDDE, P. BARRAL, F. FAVORY, J.-P. GUILLAUMET, M. JOLY, J.-Y. MARC, P. NOUVEL, L. NUNINGER, C. PETIT (dir.), Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, (Bibracte 21), Bibracte, Glux-en-Glenne, 2011.

M. FEUGERE, C. ROLLEY, La vaisselle tardo-républicaine en bronze (Actes de la table ronde CNRS de Lattes 26-28 avril 1990), Dijon, 1991.

D. BOŽIČ, M. FEUGERE, Les instruments de l’écriture, dans Gallia 61, 2004, p. 21-41.

M. POUX (dir.), Sur les traces de César. Militaria tardo-républicains en contexte gaulois. Actes de la table ronde de Bibracte, 17 octobre 2002 (Glux-en-Glenne), Glux-en-Glenne, 2008.

H. GUIRAUD, Intailles et camées de l’époque romaine en Gaule, Gallia, supplément 48, Paris, 2008.

 Une mutation profonde dans les procédés techniques de transformation des produits agricoles : les outils de mouture à l’âge du Fer - exemples choisis dans le bassin parisien

Stéphanie LEPAREUX-COUTURIER (Inrap)

Les outils de mouture nous informent sur l’histoire des techniques, sur l’économie et sur l’organisation des sociétés anciennes. L’analyse typologique et technologique des meules permet aujourd’hui de mieux cerner leur évolution et met en évidence une variabilité manifeste. Si les récurrences, les filiations ou les multiples adaptations de ces variantes reflètent l’identité des communautés, l’identification pétrographique des pierres meulières nous informe sur l’origine des matériaux, sur les modalités de production et permet d’aborder les questions d’artisanat dédié et de zones de diffusion.
Les premiers outils de broyage apparaissent dès le Paléolithique mais ce n’est qu’avec l’avènement du Néolithique que se développe véritablement un outil spécifique, dévolu à la mouture céréalière : nommé « moulin va-et-vient », il est composé d’un outil fixe (meule) et d’un autre mobile (molette) actionné par friction linéaire. Dans sa conception, il reste l’outil de transformation farinière privilégié jusqu’au milieu du Ier millénaire avant notre ère. Avec l’âge du Fer, inventions et innovations meulières se multiplient, tant dans le monde méditerranéen que continental et accompagnent les mutations profondes de ces sociétés. Ces révolutions techniques dont le point d’orgue est l’adaptation du mouvement rotatif aux outils de mouture, amorce les 25 siècles de meunerie qui lui succèdent et dont les évolutions toucheront les sources d’énergie, l’augmentation de la taille ou l’amélioration des surfaces actives ; mais elles ne repenseront jamais le système fondamental de la mouture par rotation avant l’arrivée des moulins à cylindres (vers 1880) que nous utilisons aujourd’hui.
Après un bref aperçu des grands changements et filiations qui s’opèrent sur les cinq derniers siècles avant J.-C., l’exposé se focalisera sur des études de cas provenant des fouilles et études récentes réalisées dans le bassin Parisien.

Bibliographie

ALONSO N., 2002, « Le moulin rotatif manuel au nord-est de la Péninsule Ibérique : une innovation technique dans le contexte domestique de la mouture de céréales », in : PROCOPIOU H. and TREUIL R., (dir.), Moudre et Broyer. L’interprétation fonctionnelle de l’outillage de mouture et de broyage dans la Préhistoire et l’Antiquité. Ministère de la Recherche, Paris, p. 105–120.

ALONSO, N. (ed.), 2014, Molins i mòlta al Mediterrani occidental durant l’edat del ferro, Revisita d’Arqueologia de Ponent, 24

AMOURETTI, M.-CL., 1986, Le pain et l’huile dans la Grèce antique. De l’araire au moulin. Centre de Recherche d’Histoire Ancienne, vol. 67. Paris.

ANDERSON, T. J., 2013, Les carriers de meules du sud de la peninsula Ibérique, de la protohistoire à l’époque modern, PhD Thesis, University of Grenoble, <http://www.theses.fr/2013GRENH014> .

BAATS (D.), 1995, Die Wassermühle bei Vitruv X 5,2. Ein archäologischer Kommentar, Saalburg-Jahrbuch, 47, 1994, p. 19-35

BARBOFF (M.), SIGAUT (F.), GRIFFIN-KREMER (C.), KREMER (R.) (eds), 2003 : Meules à grains, actes du colloque international de La Ferté sous Jouarre, 16-19 mai 2002. Ibis Press, 472 p.

BELMONT (A.) ET MANGARTZ (F.), 2006 : Les meulières. Recherche, Protection et Valorisation d’un Patrimoine Industriel Européen, actes du colloque international, Maison des Sciences de l’Homme-Alpes, Grenoble, septembre 2005, Verlag des Rômisch-Germanischen Zentralmuseums, Mainz

BOMBARDIERI, L., 2010, Pietra da Macina, Macine per Mulini. Definizione e sviluppo delle tecniche per la macinazione nell’area del Vicino Oriente e del Mediterraneo orientale antico, BAR International Series 2055, Oxford.

BRUN, J-P ET BORREANE, M. 1998, « Deux Moulins Hydrauliques du Haut-Empire Romain en Narbonnaise », Gallia 55, p. 279-326

BRUN, J.-P. ET FICHES, J.-L. (eds.), 2007, Energie hydraulique et machines élévatrices d’eau dans l’antiquité Naples2007 (Collection du Centre Jean Berard, 27).

BRUNET, M., 1997, “Les meules rotatives en Grèce, l’exemple délien", in : Meeks, D. and Garcia, D. (ed.), Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l’innovation, Ed. Errance : 29-38.

BUCHSENSCHUTZ, (O.), BOYER (F.), 1998, Les conditions d’une interprétation fonctionnelle des moulins « celtiques » rotatifs à mains sont-elles réunies ? Revue Archéologique du Centre de la France, tome 37, 197-206.

BUCHSENSCHUTZ, (O.), POMMEPUY (CL.), 2002, « Les enjeux d’une recherche sur les meules rotatives dans le monde celtique », In : Procopiou H. & R. Treuil dir. (2002) Moudre et broyer. L’interprétation fonctionnelle de l’outillage de mouture et du broyage dans la Préhistoire et l’Antiquité. II. Archéologie et Histoire : du Paléolithique au Moyen Âge. CTHS.

BUCHSENSCHUTZ O., JACCOTTEY L., JODRY F. ET BLANCHARD J.L. (dir.), 2011, Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille sur le territoire français. Table ronde de Saint-Julien-sur-Garonne (F) du 2 au 4 octobre 2009, 23ème supplément Aquitania

CASTELLA (D.), 1994, Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches « en chaplix », cahier d’archéologie romande, n° 62, Lausanne, 155 p., 85 fig.

CHAUSSERIE-LAPREE (J. ), 1998 , Les meules des habitats protohistoriques de Martigues, in Entremont et les Salyens, actes du colloque d’Aix-en-Provence, Documents d’Archéologie Méridionale, 21, 1998 ;, p. 211 à 235

FRANKEL, R., 2003a, “The Olynthus Mill, Its Origin and Diffusion : Typology and Distribution", AJA 107, p. 1-21.

JACCOTTEY L., ALONSO N., DEFRESSIGNE S., HAMON C., LEPAREUX-COUTURIER S., BRISOTTO V., GALLAND-CRETY S., JODRY F., LAGADEC J.P., LEPAUMIER H., LONGEPIERRE S., MILLEVILLE A., ROBIN B., ZAOUR N., 2011, « Le passage des meules va-et-vient aux meules rotatives en France », in : A : KRAUSZ, S., COLIN, A., GRUEL, K., RALSTON, I., DECHEZLEPRETRE, T. (dirs.), L’âge du Fer en Europe : mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz (Mémoires 32), Ausonius éditeur, Bordeaux, p. 405-419.

JACCOTTEY L. ET ROLLIER G. (dir.), 2016, Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent des origines à l’époque médiévale. Actes du Lons-le-Saunier, du 2 au 5 novembre 2011, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, France.

LEVEAU, P. 1996, "The Barbegal water mill in its environment : archaeology and the economic and social history of antiquity”, Journal of Roman Archaeology, 9, p. 137-153.

LONGEPIERRE, S., 2012, Meules, moulins et meulières en Gaule méridionale du IIe s. av. J.-C. au VIIe s. ap. J.-C. (Monographies d’Instrumentum, 41). M. Mergoil éditeur. Montagnac.

MEEKS, D. ET GARCIA, D. (ed.), 1997, Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l’innovation, Ed. Errance.

MORITZ, L.A., 1958, Grain Millsand Flour in Classical Antiquity Oxford : Clarendon Press.

PEACOCK, D., 2013a, The stone of life. Querns, mills and flour production in Europe up to c. AD 500, Southampton Monographs in Archaeology new series, 1., Southampton.

POMMEPUY (C.), 1999, Le matériel de mouture de la vallée de l’Aisne de l’Age du bronze à La Tène finale : formes et matériaux, Revue archéologique de Picardie 3/4, 1999, 115-141

POMMEPUY (C.),2003, Le matériel de mouture, un marqueur territorial : les meules rèmes et suessiones in S. PLOUIN & P. JUD dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque de l’A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996. 20ème supplément à la Revue Archéologique de l’Est, p. 375-385.

SELSING, L. (ed.), 2011, Seen through a millstone. Geology and archaeology of quarries and mills, Bergen (Norway), Museum of Archaeology, University of Stavanger.

PY, M., 1992, « Meules d’époque protohistorique et romaine provenant de Lattes », Lattara, 5 : 183-232.

PROCOPIOU H. et TREUIL R., (dir.), 2002, Moudre et Broyer. L’interprétation fonctionnelle de l’outillage de mouture et de broyage dans la Préhistoire et l’Antiquité. Ministère de la Recherche, Paris.

WHITE, D., 1963, « A survey of millstones from Morgantina », American Journal of Archaeology, 67 : 199-206.

WIKANDER,O, 2000, « The Water Mill », in : WIKANDER, O., Handbook of Ancient Water Technology, Leiden . Brill (Technology and Change in History 2), pp. 71-400

WILLIAMS, D. ET PEACOCK, D. (Eds.), 2011, Bread for the people, Southampton, Southampton Archaeology Monograph.

Séminaire de Protohistoire vendredi 21 avril 2017
Séminaire de Protohistoire vendredi 21 avril 2017

Organismes partenaires :

AOROC - UMR8546-CNRS/ENS PSL CNRS-Centre National de la Recherche Scientifique ENS-Ecole Normale Supérieure, Paris. EPHE Investissement d’avenir LabEx TransferS