Chargement
Veuillez patienter...

Pour une archéologie du genre

Chloé Belard


Dernière modification : 28 avril 2017

Editions Hermann.
Premier volume de la nouvelle collection Histoire et Archéologie
dirigée par Katherine Gruel et Christophe Goddard (UMR 8546 AOrOc, CNRS-ENS)

Pour une archéologie du genre

Les femmes en Champagne à l’âge du fer

En imaginant qu’une arme dans une tombe indiquait à coup sûr que le défunt était un homme et qu’un collier laissait entendre la présence d’une femme, les spécialistes se sont longtemps contentés de plaquer leur vision de la société contemporaine sur le monde celtique. En se penchant sur le cas des tombes datant de l’âge du fer (VIIIe-Ier siècle av. J.-C.) découvertes en Champagne, Chloé Belard parvient à démontrer à quel point ces idées préconçues se révèlent inexactes, tout en éclairant leurs fondements historiographiques et idéologiques. Une lance ou une épée pouvaient tout aussi bien orner les sépultures des femmes que celles des hommes. C’est dire à quel point le poids des femmes à été sous-estimé chez les Celtes. L’auteur en vient à proposer une nouvelle méthode d’analyse, une archéologie du genre, qui s’appuie sur une réflexion historique et anthropologique novatrice et qui appelle à reconsidérer la place des femmes non seulement dans la société celte, mais aussi dans l’ensemble du monde antique.

Chloé Belard est docteur en archéologie protohistorique depuis 2014. Son travail de thèse, d’où est issu cet ouvrage, a été dirigé par Stéphane Verger, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Laurent Olivier, conservateur en chef au musée d’Archéologie nationale. Elle est actuellement en contrat post-doctoral avec la Fondation Fyssen à l’université de Southampton et supervisée par le professeur Joanna Sofaer.

http://www.editions-hermann.fr/4990-pour-une-archeologie-du-genre.html