Chargement
Veuillez patienter...

Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est


Dernière modification : 6 septembre 2017

Le séminaire a pour objectif de confronter les situations historiques, archéologiques et historiographiques, dans leurs similitudes et leurs différences de la Grèce d’Asie (depuis la côte ionienne jusqu’à la Mer Noire) d’une part et de la Méditerranée occidentale (depuis la mer ionienne jusqu’au sud de la France), de l’autre. Le thème de l’année portera sur les mythes de fondation, les reconstitutions historiques et les données archéologiques nouvelles concernant l’installation des Grecs dans ces régions, dans une optique chronologique et géographique large, de l’époque mycénienne à la période romaine.
Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations

Ce séminaire appartient au groupe de séminaires Histoire et archéologie d’Orient et d’Occident : méthodes et recherches actuelles

Des spécialistes de différentes universités expliquent leurs recherches en cours, à l’ENS. Trois approches sont privilégiées : l’actualité des fouilles (lors des « Jeudis de l’archéologie » organisés par M. Pierre LERICHE), les travaux fondamentaux sur l’histoire et l’archéologie de la Méditerranée (dans les séances « Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est », dirigées par Mme Mathilde SIMON-MAHÉ, STEIN-HÖLKESKAMP, Mme Rossella PACE et M. Stéphane VERGER) et la méthodologie des recherches (dans les formations « Transferts culturels : mode d’emploi », proposées par Mme Anca DAN et M. François QUEYREL). Chaque jeudi, un conférencier invité présentera sa thématique, sa méthodologie et ses résultats et en discutera avec les participants. Le but est non seulement d’offrir aux élèves, aux étudiants et aux auditeurs une image des travaux actuels concernant l’Antiquité dans son ensemble, mais aussi de leur faire partager la démarche de la recherche, leur permettre de comprendre comment on choisit un sujet, on le développe et on le présente aux autres.

Ce séminaire est ouvert à tous et ne demande aucune connaissance préalable. Les étudiants de Master et de Doctorat seront évalués en fonction de leur assiduité, d’un travail écrit suivi d’une discussion orale avec les enseignants, sur des thèmes ou des méthodes en liaison avec le séminaire.

Responsables : Mathilde SIMON-MAHÉ, Rossella PACE et Stéphane VERGER


 Compte-rendu des Journées d’études du 26 et 27 octobre 2012 consacrées à « l’invention de la Méditerranée : repères antiques et médiévaux, héritage renaissant » organisées par Anca-Cristina DAN et Jean TRINQUIER avec le soutien de l’EA « Rome et ses renaissances », de l’UMR AOROC et du Labex TransferS.

 

La Méditerranée est un thème à la mode. Elle intéresse l’Orient et préoccupe l’Occident. Mais qu’est-ce que la Méditerranée et quand a-t-elle été perçue comme telle pour la première fois, dans son unité et avec les caractéristiques que chacun d’entre nous lui prête ?

À en juger d’après les mass-médias actuels, pour la plupart d’entre nous la Méditerranée est la plage où le touriste cultivé rêve de Calypso et où celui qui revendique ses racines méridionales retrouve son Ithaque. Dans la géographie que l’on apprend à l’école, en France, depuis le XIXe siècle, la Méditerranée correspond au climat favorable à la culture de l’olivier et de la vigne – éléments déterminants dans la civilisation des Anciens. Enfin, pour les politiques d’hier et d’aujourd’hui, la mer du milieu des terres européennes, asiatiques et africaines partage et mélange. On lui rend hommage pour avoir permis la diffusion des « lettres phéniciennes », fondement de la culture gréco-romaine ; mais de l’Égypte des temps des pharaons jusqu’à l’Italie actuelle, avec sa Lampedusa, on aurait voulu qu’elle fût, en même temps, une frontière infranchissable.

De telles images stéréotypées confirment que, dans les termes des sociologues des savoirs, la Méditerranée n’est qu’une réalité culturelle, socialement construite. Ainsi, bien que l’on s’accorde sur la compatibilité des écosystèmes méditerranéens et que l’on soit conscient – au moins depuis Élisée Reclus – d’une certaine continuité géo-historique de cet espace, l’existence d’une identité méditerranéenne reste discutable : aujourd’hui encore, l’invention souhaitée de cette identité collective resterait conditionnée par une communauté politique, comme dans le cas de l’Europe. Pourtant, les politiques qui rêvent d’une Union de la Méditerranée cherchent un précédent dans l’œuvre de Platon ou dans l’Empire de Rome.

Peut-on vraiment écrire une histoire cohérente de la Méditerranée, de l’Antiquité jusqu’à nos jours ? La tâche s’est révélée jusqu’ici impossible : seule l’histoire des phénomènes qui ont marqué l’unité du bassin maritime fait sens. Parmi ceux-ci, la conceptualisation de ce large espace, mal défini, n’a jamais fait l’objet d’une étude : on n’a pas écrit l’histoire de l’idée de Méditerranée(s). Plus surprenant encore, les origines antiques, que l’on attribue de manière automatique à ce concept, et leur impact sur les époques postérieures n’ont jamais été analysées de manière critique. C’est donc l’invention de cette image partagée de l’espace et des peuples méditerranéens que nous avons souhaité abordé lors de ces journées d’études, à partir des faits d’histoire politique, socio-économique et, par-dessus tout, culturelle, de l’Antiquité à l’époque moderne.

Au-delà des débats au sein du grand public, la Méditerranée est un thème scientifique à la mode. La globalisation et l’approche postcoloniale du monde en ont fait un sujet privilégié : corrupting sea, structure ou espace de connectivité ou de dissolution, la Méditerranée de Fernand BRAUDEL est devenue le personnage de nombreuses histoires, sur la très longue durée.

  • En effet, à la suite du livre de Peregrine HORDEN et Nicholas PURCELL, « repensé », entre autres, par William Harris, les travaux d’Irad MALKIN ont mis sous une lumière nouvelle notre connaissance de l’œkoumène grec.
  • Sensible aux particularités du Moyen Âge, David ABULAFIA a recentré la discussion sur l’espace maritime en soi, en laissant de côté l’épineux problème des littoraux.
  • Les Romains et leur mare nostrum, pourtant moteur traditionnel des études antiques et même méditerranéennes, sont restés dans l’ombre. Une question importante attend encore des réponses : est-ce aux Romains que l’on doit l’invention de la Méditerranée, comme on l’a cru longtemps ? Sont-ils les créateurs d’un concept géographique qui préfigure notre Méditerranée en tant que région, avec un centre et des périphéries, avec des forces centrifuges de nature politique, économique, culturelle ? Rome a-t-elle été le facteur d’une première unité méditerranéenne ? La romanité a-t-elle constitué une première identité pan-méditerranéenne ?
     
    Le concept de Méditerranée antique en général et romaine en particulier peut avoir au moins trois acceptions :
  • la première, mise en avant par les études plus anciennes, est celle de mare nostrum comme prouincia. C’est le territoire d’action de Pompée le Grand, un espace de la piraterie barbare que seule Rome pouvait intégrer, pour la première fois et de manière définitive, au monde civilisé, pacifié : c’est le moment de l’affirmation d’une thalassocratie romaine qui va au-delà de tous les précédents grecs et qui fournit la base de l’imperium¬ – comme cela a été remarqué déjà par Edward GIBBON et Theodor MOMMSEN. La thèse de Michel Reddé a montré la complexité de l’organisation militaire romaine autour du mare nostrum. Les contributions de Charles DELATTRE, Anne VIAL-LOGEAY, Didier Marcotte et Christophe PÉBARTHE nous permettent d’en savoir davantage sur ce qui est domination effective et ce qui est valorisation rhétorique dans la construction mentale d’un empire, qui avait vocation à se confondre avec l’orbis terrarum.
  • La deuxième acception de la Méditerranée, privilégiée aujourd’hui, est celle d’espace de la connectivité, de la convergence des circuits d’échanges, vers Rome, vers des centres plus anciens – comme Alexandrie, Athènes ou Corinthe – ou vers des centres plus récents, comme Byzance, l’Espagne arabe ou le Sud de l’Italie renaissante. La Méditerranée a été le terrain privilégié des rencontres entre peuples indigènes, Phéniciens, Étrusques, Celtes, Grecs et Romains – comme nous le rappellent, avec des arguments nouveaux, les articles de Pascal ARNAUD, Jacques des COURTILS, Vincent JOLIVET, Stéphane VERGER et Jean-Yves CARREZ-MARATRAY. La mécanique, les effets et la représentation des contacts sont encore mieux saisissables au niveau des régions – qu’il s’agisse du Détroit étudié par Pierre MORET, des îles et des mers intérieures présentées par Gian Franco CHIAI et Olivier DEFAUX, ou du cas exemplaire de l’Égée expliqué sur la longue durée par Georges TOLIAS. Enfin, le souvenir de la connectivité romaine façonne les perceptions identitaires médiévales, renaissantes et modernes, comme le montrent les articles de Dominique VALÉRIAN, Hélène CASANOVA-ROBIN et Franck HOFMANN.
  • Il y a, enfin, une troisième acception de la Méditerranée : la mer en tant que middle ground entre les trois parties du monde ancien. L’approche actuelle de la frontière prémoderne, en tant qu’espace membranaire, soft space, zone qui permet à la fois le passage et qui isole, convient bien à notre image des eaux méditerranéennes dans l’Antiquité. Cette ambivalence de la limite qui unit et qui sépare se dégage des études sur la fabrique du concept géographique de Méditerranée – d’Ératosthène à Denys le Périégète, aux géographes médiévaux, latins et arabes, aux savants de la Renaissance et du monde moderne, tels qu’ils sont vus par Serena BIANCHETTI, Ekaterina ILJUSCHETSCHKINA, Christophe PICARD, Emmanuelle Vagnon, Nathalie Bouloux, Patrick GAUTIER DALCHÉ et Gérard CHASTAGNARET. L’ambiguïté est valorisée de différentes manières dans les œuvres artistiques et dans la réflexion philosophique, expliquées par Gilles Sauron, Mathilde SIMON-MAHÉ, Pauline MAZZAMURRO, Joëlle SOLER, Pierre CHUVIN et Carlos LÉVY.

Le but de ces journées d’études et du livre qui sera publié au cours de cette année est de donner un autre type de réponse aux questions « qu’est-ce que la Méditerranée » et « qui l’a inventée ? ». La question de la définition de la Méditerranée a été toujours posée par rapport à une réalité que l’on souhaiterait reconstituer. On n’est guère remonté à certaines causes profondes de ces réalités, pour s’interroger sur la construction mentale de cet espace, en termes de perception et de représentation – implicite et explicite. Les noms, les formes, les fonctions, en un mot l’impact de la Méditerranée – en tant que concept – sur les Romains, sur leurs initiatives politiques, militaires, économiques, sur leurs productions littéraires et artistiques, sont nos objets d’étude. On a invoqué le déterminisme de la nature sur la culture. On a analysé la continuité et la rupture dans le rythme de l’histoire. La piste nouvelle que nous avons souhaité privilégier ici est celle de la construction mentale et sociale comme principe de réalité factuelle.

 

Voir les vidéos des conférences de ces jounées, sur le site consacré aux documents multimedia de l’École normale supérieure : savoirsenmultimedia.ens.fr

 

Voir le programme et les résumés des interventions, sur le site du LabEx Transfers : transfers.ens.fr


 Conférence, vendredi 29 novembre 2013, salle de séminaire du CEA, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.

 Les étrangers de la tragédie sont-ils comme les autres ?


Anna BELTRAMETTI, Professeure à l’Université de Pavie


 Jeudi 30 janvier 2014 à 17h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Chanter la fondation


M. Charles DELATTRE (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense)


 Cycle de conférences
  • Jeudi 3 avril 2014, de 17h30 à 19h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Mardi 8 avril 2014, de 17h30 à 19h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Mardi 29 avril 2014, de 17h30 à 19h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Mardi 6 mai 2014, de 13h à 15h, salle Fabri de Peiresc, INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris

Georges TOLIAS, Professeur invité du Labex TransferS

Habilité de l’Université de Nice Sophia Antipolis et docteur de l’Université Paris IV Paris-Sorbonne, Georges TOLIAS est directeur de recherches à l’Institut de recherches historiques au FNRS (Athènes), où il est responsable du Département de Recherches Néohelléniques. Il est co-directeur de la rédaction de la revue La Revue Historique / The Historical Review, de la revue e-perimetron, et membre du conseil scientifique de l’École Française d’Athènes.
Spécialiste des représentations de l’espace et de leurs rapports à l’histoire culturelle du XVe au XIXe siècle, il s’intéresse à l’histoire des pratiques savantes qui visent à la reconstitution des espaces révolus, en particulier la géographie et la cartographie anciennes, la topographie historique et antiquaire.

Parmi ses ouvrages, on signale La médaille et la rouille (1997), Following Pausanias : The Quest for Greek Antiquity (2007), Ο Πυρετός Των Μαρμάρων, Μαρτυρίες για την Λεηλασία των Ελληνικών Μνημείων 1800-1820 (1996, seconde édition, 2010), et Mapping Greece, 1420-1800 : A History (2012).

http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=1716


 Jeudi 2 et vendredi 3 octobre 2014

 2 octobre : à partir de 9h Amphithéâtre Jules Ferry, École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, 75005 Paris

 3 octobre : à partir de 9h, Salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris et à partir de 14h30 Amphithéâtre Jules Ferry, École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Images du pouvoir : le portrait grec et son utilisation dans le monde antique


Colloque international coorganisé par le Labex TransferS (Paris) et le collège international Morphomata (Cologne)

Programme :

  • 2 OCTOBRE
  • École normale supérieure, bâtiment du 29, rue d’Ulm, 75005 Paris, amphithéâtre Jules Ferry
  • 9.00 Accueil

I DEVELOPPEMENT ET FONCTION DU PORTRAIT EN GRECE

  • 9.15–9.45 Christiane VORSTER, Cologne : Das Porträt im vorhellenistischen Griechenland - eine Standortbestimmung
  • 9.45–10.15 John MA, Oxford : Lire le portrait hellénistique
  • 10.15–10.30 Discussion

Pause

II ADAPTATIONS MEDITERRANEENNES DU PORTRAIT GREC

  • 11.00–11.30 Gabriele ERATH-KOINER, Graz : Das vorhellenistische Porträt in Zypern : am Schnittpunkt zwischen Griechenland und Orient.
  • 11.30–12.00 Massimiliano PAPINI, Rom : Non solo « obesi » : il ritratto in Italia centrale e in Etruria tra IV e I sec. a.C.
  • 12.00–12.15 Discussion
  • Déjeuner
  • 14.15–14.45 Carmen MARCKS, Berlin : Zum Vortrag von Individualität im iberischen Heiligtum Cerro de los Santos
  • 14.45–15.15 Olivier HENRY, Paris : Quel portrait pour les Hekatomnides de Carie ?
  • 15.15–15.45 Vincenzo SALADINO, Florenz : Il ritratto di Seuthes III e le monete coniate in Asia Minore in epoca achemenide
  • 15.45–16.00 Discussion

Pause

III PORTRAIT EN ASIE CENTRALE ET DU SUD-EST

  • 16.30–17.00 Lothar von FALKENHAUSEN, Los Angeles : The problématique of human representation in pre-Imperial China
  • 17.00–17.30 Petra H. ROESCH, Cologne/Heidelberg : Depicting a Foreign God : Early images of Buddha in India, Central Asia and China
  • 17.30–17.45 Discussion
  • 3 OCTOBRE
  • Matin : Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari (1er étage)
  • 9.00–9.30 Kazim ABDULLAEV, Istanbul : Les portraits royaux dans l’art de la Bactriane hellénistique (Takhti Sangin)
  • 9.30–10.00 Osmund BOPEARACHCHI, Paris : Alexandre le Grand et les portraits monétaires des souverains indo-grecs
  • 10.00–10.30 Frantz GRENET, Paris : Peut-on parler de réalisme dans les portraits royaux en Asie centrale post-hellénistique ?
  • 10.30–10.45 Discussion

Pause

IV Les successeurs de l’empire d’Alexandre

  • 11.15–11.45 Stephan SCHMID, Berlin : Le portrait (royal) chez les Nabatéens
  • 11.45–12.15 Rubina RAJA ; Kopenhagen : Funerary portraiture in Palmyra : portrait habit in a Roman provincial city
  • 12.15–12.30 Discussion
  • Déjeuner
  • Après-midi : École normale supérieure, bâtiment du 29, rue d’Ulm, 75005 Paris, amphithéâtre Jules Ferry
  • 14.30–15.00 Antonio INVERNIZZI, Turin : Le portrait chez les Parthes
  • 15.00–15.30 Iris GERLACH, Berlin : Vom Kollektiv zum Individuum : Der Weg zur porträthaften Darstellung in Südarabien
  • 15.30–15.45 Discussion

Pause

V Rome et l’Empire romain

  • 16.15–16.45 François QUEYREL, Paris : Magistrats et négociants italiens dans le monde grec
  • 16.45–17.15 Marianne BERGMANN, Berlin : Portrait de tradition hellénistique en Egypte ; Mallokourètes. Les enfants de l’élite gréco-égyptienne
  • 17.15–17.45 Dietrich BORSCHUNG, Cologne : Porträt der späten römischen Republik als Mittel nnerpolitischer Konkurrenz
  • 17.45–18.00 Discussion

 Jeudi 4 décembre 2014 à 17h30, AOrOc, Archéochapelle, 3ème étage, escalier A, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Le développement des systèmes d’approvisionnement en eau


Professeur Hennig FAHLBUSCH (Université de Lübeck)


 Jeudi 11 décembre 2014 à 17h30, salle Jules Ferry, 29, rue d’Ulm, École normale supérieure, 75005 Paris


 Les représentations de guerre dans l’art grec


Prof. Felix PIRSON, directeur de l’Institut Archéologique Allemand d’Istanbul


Conférence dans le cadre du séminaire « Grèce de l’Ouest - Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations »

 Jeudi 20 novembre 2014 à 17h30, salle F (escalier D, 1er étage) , École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Les rivages de Circé


Séminaire Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations


 Jeudi 18 décembre 2014 à 17h30, salle F (1er étage, escalier A), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.


 Smyrne, cité ionienne et / ou colonie macédonienne ?


Didier LAROCHE (École Française d’Athènes, École Nationale supérieure d’architecture de Strasbourg)


 série de 4 conférences :
Mercredi 18 février 2015, de 17h à 19h
(en association avec le séminaire Atelier épigraphique de M. François BÉRARD) :
Le prétoire de Gortyne. Aspects archéologiques, historiques et épigraphiques : vieilles hypothèses et nouvelles données

Mercredi 25 février 2015, de 17h à 19h :
Le groupe de statues dédiées par le gouverneur Asclépiodotos : un dossier unique et problématique. Aspects formels et formulaires

Mercredi 4 mars 2015, de 17h à 19h :
Les sénateurs honorés. Problèmes de prosopographie et de chronologie. Le cas de Petronius Probus.

Mardi 10 mars 2015, de 17h à 19h :
La stèle de 382. Le contexte historique. Une solution envisageable ?
Salle F ( escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris

 Le Conflit de l’Autel de la Victoire et sa diffusion en Crète (382-384 apr. J.-C.). Retour sur un débat historiographique


Ignazio TANTILLO ( Professeur invité du Labex TransferS)


 Vendredi 13 et samedi 14 mars 2015, à Fribourg-en-Brisgau


 Portraits en contextes. Recherches nouvelles sur les portraits grecs du Ve au Ier siècle av. J.-C.


Prof. D. Ralf von den HOFF


 série de 4 conférences :
Mardi 17 mars Inventing the Barbarian in Early Greece and China 13h-15h, salle Fabri de Peiresc, INHA (2, rue Vivienne, 75002 Paris) (dans le cadre du séminaire de Stéphane VERGER à l’EPHE)

Mardi 31 mars
The Representation of the Barbarian Other in Herodotus and Sima Qian
17h30-19h30, salle F, ENS (45, rue d’Ulm, 75005 Paris)

Mardi 7 avril
The Barbarian and Ethnic Identity in Greece, Rome, and China
17h30-19h30, salle F, ENS (45, rue d’Ulm, 75005 Paris)

Mardi 14 avril
Classical Studies in China
17h30-19h30, salle F, ENS (45, rue d’Ulm, 75005 Paris)

 Les perceptions du Barbare en Grèce, à Rome et en Chine ancienne


Pr. Huang YANG, Professeur d’Histoire antique à l’Université Fudan, Shanghai


 Conférence dans le cadre du séminaire « Lire la tragédie grecque » vendredi 27 novembre 2015 à 14h30, salle de Séminaire du Centre d’études anciennes, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Euripide notre contemporain. Dialogue entre Shakespeare et les Grecs


Mme le Professeur Fiona MACINTOSH (University of Oxford)


 Jeudi 7 janvier 2016 à 17h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


 Conceptions de réseaux cultuels dans l’Antiquité. L’exemple de l’Attique


Prof. Lorenz BAUMER (Université de Genève)


 Jeudi 18 février 2016 à 16h, salle des Actes, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris

Conférence Labex Resmed dans le cadre du séminaire « Monnaies et Sanctuaires »


 Les trouvailles monétaires dans des sanctuaires d’Asie Mineure (le Smintheion à Alexandrie de Troade, Claros en Ionie, sanctuaire de Déméter à Caunos de Carie)


Prof. Dr. Zeynep ÇİZMELİ ÖĞÜN (Université d’Ankara)


 Jeudi 25 février 2016, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 Aiolian Archaic Painted Pottery


Professeur Kaan IREN


 Mardi 12 avril 2016, de 13h à 15h, salle Fabry de Peiresc, Institut National d’Histoire de l’Art, 6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris

Dans le cadre des conférences de M. Stéphane VERGER à l’EPHE


 Nature et Culte dans le Ploutonion à Hiérapolis de Phrygie. Avant et après la colonie


Prof. Francesco d’ANDRIA, Università del Salento (Lecce)


 Jeudi 19 mai 2016 à 17h30, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Conférence dans le cadre du séminaire :
« Grèce de l’Est, Grèce de l’Ouest. Migrations, colonisations, fondations »


 Ulysse et Médée entre Grande Grèce et Etrurie. Héros voyageurs et circulation des images


Mme Agnès ROUVERET (Université Paris-Ouest)


 Jeudi 17 novembre 2016, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 ’Warriors’, Rulers and Traders at the very End of the Second Millennium BC


Dr. Andrea BABBI (Römisch Germanisches Zentralmuseum Mainz)


 Jeudi 7 décembre 2016, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 Seafaring the Mediterranean Networks during the very early First Millennium BC


Dr. Andrea BABBI (Römisch Germanisches Zentralmuseum Mainz)


 Jeudi 15 décembre 2016, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 Dalla crisi del V allo sviluppo del IV secolo : la crisi del Ve il suo superamento, tentativi di colonizzazione in Corsica e Sardegna ; pirateria romano-anziate ; trattato con Rodi. Note conclusive


Prof. Gabriele CIFANI (Université de Rome 2 Tor Vergata)


 Jeudi 26 janvier 2017, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 Quelques aspects de la représentation des peuples de l’Italie dans la géographie d’époque augustéenne


Mathilde SIMON (ENS - UMR 8546)


 Jeudi 16 mars 2017, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 La notion de dorien dans les Idylles de Théocrite


Hamidou RICHER, ATER ( Université de Rouen)


 Jeudi 20 avril 2017, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 La ville étrusque de Véies. Entre luxe orientalisant et conquête romaine : l’austérité archaïque (VIIe-IVe siècle av. J.-C.)


Marco ARIZZA, chercheur associé CNR-ISMA (Sapienza - Università di Roma)


 Jeudi 18 mai 2017, salle F, 45 rue d’Ulm
Dans le cadre du séminaire : Grèce de l’Ouest, Grèce de l’Est. Migrations, colonisations, fondations


 Un nouveau catalogue pour les figurines en terre cuite grecques et romaines de Smyrne aux musées archéologiques d’Istanbul. Les grotesques athlétiques de Smyrne : originalité d’un thème de caricature et identification d’un atelier de création


Isabelle HASSELIN Rous et Ludovic LAUGIER (DAGER, Musée du Louvre)


  • Conférence du jeudi 24 octobre 2013
  • Conférence du jeudi 21 novembre 2013
  • Conférence du jeudi 19 décembre 2013
  • Conférence du jeudi 18 décembre 2014
  • Table de Peutinger
  • Conférence du vendredi 29 novembre 2013
  • affiche du colloque Images du pouvoir : le portrait grec et son utilisation dans le monde antique
  • Conférences de M. Georges Tolias
  • Conférence du vendredi 27 novembre 2015
  • Conférence du jeudi 4 décembre 2014
  • Conférence du jeudi 7 janvier 2016
  • Conférence du jeudi 18 février 2016
  • Conférence du jeudi 25 février 2016
  • Conférence du mardi 12 avril 2016
  • Conférence du jeudi 19 mai 2016
  • Conférence du 30 janvier 2014
  • Conférence du 17 novembre 2016
  • Conférence du 7 décembre 2016
  • Conférence du 15 décembre 2016
  • Conférence du 26 janvier 2017
  • Conférence du 16 mars 2017
  • Conférence du 20 avril 2017
  • Conférence du 18 mai 2017