Les offrandes de monnaies dans les lieux de culte de l’Antiquité tardive en Italie septentrionale entre païens et chrétiens

Grazia Facchinetti (Soprintendenza Archeologia della Lombardia)


Dernière modification : 18 septembre 2016

Mercredi 6 avril 2016 à 16h, salle F, École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.

Conférence labex RESMED dans le cadre du séminaire « Monnaies et Sanctuaires »

En Italie septentrionale, on a encore peu étudié les offrandes monétaires dans les lieux de culte dans l’Antiquité tardive, peut-être à cause de la rareté des témoignages ou plus simplement, à cause de l’intérêt que l’on portait surtout pour la première phase de cette pratique votive. L’étude de celles que l’on trouve dans les mithrea offre des perspectives tout à fait nouvelles. En Italie septentrionale, on connait plusieurs cités où Mithra était vénéré, mais l’archéologie n’a permis d’identifier qu’un premier mithraeum avec certitude et un second avec une certaine probabilité.
Les fouilles spéléologiques et archéologiques qui ont eu lieu successivement dans la grotte VG 4204 près de San Giovanni in Timavo (Frioul), à partir du 1965, ont livré un matériel important, dont les fragments de deux reliefs mithriaques et six petites arae en calcaire. On y a découvert aussi deux banquettes. L’architecture et le mobilier du site ont permis d’identifier un lieu de culte dédié à Mithra. A l’intérieur de la grotte, l’on a repéré de nombreuses lampes, des fragments de vases en céramique (à paroi fine, sigillé, etc.) et 520 monnaies qui sont datables entre la fin du Ier siècle ap. J.-C. et la moitié du Ve siècle ap. J.-C.
Le second exemple sur lequel nous nous pencherons est celui de la Tana del Lupo à Angera. Dans cette ville on a inventé un relief mithriaque que Biondelli et Cumont ont associé à la Tana del Lupo, une cavité naturelle dans la paroi rocheuse qui surplombe la ville. En 1916, des fouilles ont mis à jour un mobilier romain particulièrement riches et notamment un important matériel monétaire. L’absence d’éléments pouvant être rattachés au culte mithriaque ne permet pas d’assurer la destination cultuelle de la grotte.
Le témoignage d’offrandes monétaires remontant au Ve siècle, c’est-à-dire au lendemain des célèbres édits anti-païens de Théodose, laisse entendre une continuité des cultes païens, continuité qui semblait impensable jusqu’à une époque récente était. Nous verrons que les interdictions impériales n’étaient pas parvenues à déraciner le paganisme.
Les offrandes monétaires ont été pratiquées aussi dans d’autres sanctuaires dédiés à des divinités plus traditionnelles. En particulier, l’on dispose d’un certain nombre de témoignages relatifs à des offrandes monétaires dans des pièces d’eau. On cherchera à montrer le lien entre ces derniers et les offrandes monétaires que l’on trouve de façon contemporaine dans les fonds baptismaux, notamment dans le baptistère de S. Giovanni alle Fonti à Milan.

affiche RESMED 6 avril 2016
affiche RESMED 6 avril 2016