De Musarna à Margarites, archéologie et ethnologie du miel

Vincent Jolivet, directeur de recherches au CNRS


Dernière modification : 18 septembre 2016

Mercredi 16 décembre 2015 à 18h00, salle F (escalier D, 1er étage), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris

Conférence dans le cadre du séminaire « Archéologies et sociétés de l’Italie (Antiquité et Moyen-Age) »

La ressemblance typologique étonnante entre une série de vases à collerette produits à Tarquinia dans le courant du IIIe siècle av. J.-C. et d’autres issus des ateliers modernes de Crète, destinés à stocker le miel, invite à réviser l’interprétation prédominante de ces vases étrusques antiques comme des urnes cinéraires. Le rapprochement avec des récipients analogues produits depuis l’époque archaïque, au moins, et jusqu’au début de l’Empire, de la péninsule ibérique à la péninsule italienne, invite par ailleurs à s’interroger ultérieurement sur le lien entre forme et fonction, en élargissant l’enquête aux témoignages d’une aire géographique très vaste comprenant, outre la Crète, le Portugal et le Maroc. L’examen de cette forme spécifique sera inscrit, plus largement, dans une présentation des traces matérielles laissées par la production du miel (céramique, osier...) et, pour finir, dans une présentation des méthodes d’analyse qui se proposent d’établir la trace de produits de la ruche à l’intérieur de vases antiques.


Post-scriptum :

JPEG - 115.9 ko

Portfolio