Le Tavole di Eraclea. Tra Taranto e Roma
Musée de la Siritide (Policoro)
2 février - 7 juin 2020

, par Jean-Michel Colas

L’UMR – AOrOc est partenaire de l’exposition « Le Tavole di Eraclea. Tra Taranto e Roma », qui a été inaugurée samedi 1er février au Musée archéologique national de la Siritide à Policoro (Basilicate, Italie).


L’exposition a été conçue et organisée par le Pôle muséal de la Basilicate, en collaboration avec le Musée archéologique national de Naples et le Musée archéologique national de Tarente, la Surintendance Archéologie, Beaux-Arts et Paysage de la Basilicate et la commune de Policoro, en partenariat avec l’Université de la Basilicate et l’École Pratique des Hautes Études - UMR 8546-AOrOc.

L’exposition est organisée autour des deux célèbres tables de bronze découvertes en 1732 qui portent d’un côté, en grec, un règlement pour la délimitation et la distribution des terres de deux sanctuaires de la cité d’Héraclée dans la première moitié du IIIe s. av. J.-C., et de l’autre côté, en latin, un compendium de lois municipales romaines de la première moitié du Ier s. av. J.-C. On attendait depuis près de trois siècles le retour de ces exceptionnels monuments épigraphiques dans la ville qui les avait produits.

Le parcours de l’exposition retrace l’histoire d’Héraclée, depuis sa fondation par Tarente en 432 jusqu’à l’acquisition du statut du municipe romain vers 89 av. J.-C., à l’aide d’un large choix de découvertes archéologiques effectuées depuis 1963. La redécouverte du site antique est liée à l’activité incessante du grand archéologue Dinu Adamesteanu, dont sont présentés les premières notes de fouille.

L’exposition présente également les résultats des recherches récentes menées dans le cadre du programme franco-italien CHORA – Laboratoires d’archéologie en Basilicate : ceux des fouilles menées dans la ville haute par l’UMR 8546-AOrOc depuis 2014, sous la responsabilité de Stéphane Verger et Rossella Pace ; ceux des prospections dans le territoire environnant par l’Université de la Basilicate, sous la responsabilité de Dimitris Roubis.

Parmi les apports des dernières fouilles, signalons la découverte de niveaux de destructions liés à la répression exercée par Rome à l’issue de la deuxième Guerre Punique, la reconstitution d’un service de banquet hellénistique mis au jour dans un silos en 2019 et les restes d’un atelier monétaire héracléote du IIe s. av. J.-C. fouillé en 2014-2016.

Sont également exposées des œuvres exceptionnelles de la Tarente hellénistique ainsi que deux importants documents épigraphiques : la table tarentine, partie d’une loi municipale du Ier s. av. J.-C., et les deux fragments conservés – pour la première fois réunis – de la Table bantine, qui présente sur une face un texte législatif en latin et sur l’autre une loi municipale romaine traduite en langue osque.

La dernière section de l’exposition évoque la nouvelle expérience de distribution des terres et de colonisation agricole qui intervient dans la région dans les années 1950-1960, qui conduit à la création du nouveau centre urbain de Policoro et, parallèlement, à la redécouverte de la ville antique.

Liens utiles :
https://www.youtube.com/watch?v=9gNu9JRUPcY
https://www.emmenews.com/inaugurata-policoro-la-mostra/